Actu
Les Pré(s) Fabriqués des Beaux Arts vont être détruits

Les Pré(s) Fabriqués des Beaux Arts vont être détruits

22 janvier 2020 | PAR Zoé David Rigot

Depuis 2012, le milliardaire François-Henri Pinault se bat pour que les petits préfabriqués se trouvant dans les jardins des Beaux-Arts soient détruits, puisqu’ils gênent le point de vue qu’il devrait avoir de son hôtel particulier.

En 2001, l’École Supérieur des Beaux Arts avait installé des préfabriqués d’acier et de verre de 1036m2 dans ses jardins, bâtiments qui devaient être temporaires. En 2012, François-Henri Pinault, qui se lasse de ceux-là, décide d’envoyer plusieurs lettres à différentes institutions afin de se faire entendre. Il ne reçoit pas de réponse, et en 2013, le tribunal administratif et la cour administrative d’appel de Paris rejettent sa demande.

Il saisit alors le Conseil d’Etat, qui finalement lui donne raison. Pourquoi ? Les préfabriqués devaient restés sur pieds pendant seulement 4 ans, premièrement, et, deuxièmement, ils ne scient pas « au caractère de leur site d’implantation et de leur environnement proche » et leur maintient « présente ainsi un inconvénient majeur pour l’intérêt public qui s’attache à la préservation du patrimoine », considère la juridiction administrative suprême. Les préfabriqués devront donc être détruits d’ici décembre 2020.

Il faudra réfléchir entre temps à de nouveaux espaces. Le journaliste et historien de l’art Didier Rykner souligne que c’est au Ministère de la Culture, « théoriquement en charge de la protection des monuments historiques et du respect du code du patrimoine » de finalement s’en occuper, après des années de laisser pour compte.

Ces bâtiments d’acier et de verre sont en effet très bien investis par les élèves pour qui ils sont devenus indispensables. Jérôme Espitalier, représentant des étudiants de l’Ecole nationale supérieure d’architecture de Paris-Malaquais, confiait en effet au Parisien qu’ils devaient « y implanter un Fablab, atelier de fabrication numérique pour produire prototypes et maquettes ». Aussi, les étudiants semblent avoir des idées sur le futur : « nous, les élèves, voulons rester dans l’enceinte des Beaux-Arts. Aussi travaillons-nous sur plusieurs pistes. Tous les espaces étant occupés, l’idée serait de bâtir un nouvel édifice qui respecte les règles d’urbanisme et les contraintes des monuments historiques. Le site étant lui-même un manifeste de différentes périodes d’architecture, pourquoi ne pas y construire en ce début de XXIe siècle, un immeuble représentant la vision de l’avenir des architectes et des artistes des Beaux-Arts ? ».

Un projet collaboratif ? Des Prés Architecturaux et non Fabriqués ? Voyons ce que l’avenir nous réserve… c’est une histoire à suivre !

 

Visuel : capture d’écran d’une street view sur GoogleMaps. ZDR

Les maquettes de Jean-Baptiste Manessier s’exposent au Théâtre aux Mains Nues
Sécurilif©, l’agence de rassurance qui nous fait rire de nos peurs
Zoé David Rigot

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *