Actu
Les 5 vernissages de la rentrée

Les 5 vernissages de la rentrée

01 septembre 2022 | PAR Rachel Rudloff

En ce jour de rentrée scolaire, la rédac vous a fait une sélection des vernissages à découvrir ce week-end ! 

 

Mancie Manie 

Avec un jeu de mot autour de « Mancie » (Divination) et « Manie » (Folie), Noémie Monier propose aux artistes résidents de l’espace Doc de travailler autour de la psyché. En dépassant le statut seulement matériel du corps pour lui donner une place de vecteur d’ésotérisme, « véhicule des vérités » et le faire fusionner avec l’inconscient, la spiritualité. 

Vernissage le samedi 3 septembre à 14h, Doc (19e), pour plus d’infos cliquez ici

 

Horizon enfouis 

Le travail de Manoela Madeiros opéré à partir de travaux et de matériaux archéologiques, combinent plusieurs strates temporels : le passé enfoui sous nos pieds qui ressurgit soudainement, à partir duquel elle reconstruit un paysage futuriste, travaillant notre imagination. Comme le temps qui passe, son travail n’est pas linéaire : il est complexe, truffé de méandres dans lesquels on peut se perdre des heures. 

Vernissage samedi 3 septembre, 18h, Galerie Double V Paris (3e), pour plus d’infos cliquez ici

 

Azul Bleu 

L’artiste chilien Javier Tolo Blum revient sur Paris avec une proposition audacieuse : une exposition autour du Bleu. Le bleu partout, sous toutes ses formes, comme personnage principal, occupant l’espace autour de nous. Croisant son travail avec celui de Yves Klein, il établit un échange entre le bleu de ses œuvres et le IKB (couleur déposé par l’artiste français). Le nom de l’exposition, comme référence à ce métissage de bleu, traduit cette superposition des cultures, des nuances en fonction de notre point de vue situé (culturellement, historiquement). 

Vernissage le samedi 3 septembre à 18h, 193 Gallery Paris (3e), pour plus d’infos cliquez ici

 

La peau de l’horizon qui nous entoure 

La photographe Capucine Vever redessine les paysages. Qui n’a jamais été frustrée par le manque de vie d’une représentation figée d’un endroit particulier ? L’œuvre de l’artiste se propose au contraire de plonger dans ces interstices, d’y introduire des récits pour rendre compte de la multiplicité des histoires qui traverse notre environnement, avec la marque d’autant de présence que d’absence, humains, vivantes ou non. Pour sa deuxième exposition à la galerie Eric Mouchet, composée de 4 séries d’œuvres, Capucine vever a aussi imaginée une ambiance sonore, composée par Valentin Ferré et Wasis Diop. 

Vernissage le samedi 3 septembre à 15h, Galerie Eric Mouchet (6e), pour plus d’infos cliquez ici

 

Veni Etiam 

L’artiste vénitien Renato d’Agostin revient à sa ville d’origine pour travailler à partir de ses deux matériaux d’origine : l’eau et le bois. Installations, sculptures, vidéos, photographies… le plasticien utilise toute sorte de support pour raconter l’alliance de la nature presque indomptable (l’eau), et la matière travaillé, modifié par l’Homme (le bois) qui fait tenir la cité depuis plusieurs siècle. Se servant des éléments les plus concrets de la ville (littéralement, les constructions qui la tiennent), l’artiste propose un voyage pourtant onirique, où l’imagination recouvre une importance particulière. 

Vernissage le mardi 6 septembre à 18h, Galerie Bigaignon (4e). Pour plus d’infos, cliquez ici

 

Visuel : affiche officielle de La peau de l’horizon qui nous entoure. 

“La ligne de nage” : plongée dans les remous de l’âme
Kunstfest Weimar : « Animate », un voyage initiatique
Rachel Rudloff

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


Soutenez Toute La Culture