Actu
Le Grand Palais revoit ses ambitions de construction à la baisse

Le Grand Palais revoit ses ambitions de construction à la baisse

29 septembre 2020 | PAR Eliaz Ait Seddik

Le Grand Palais qui avait entamé de grands travaux de rénovation en 2018, fait les frais de la crise sanitaire et se voit obligé de revoir ses ambitions à la baisse. 

© Chatillon Architectes pour la Rmn – Grand Palais 2020

Une rénovation sans précédent

Le projet initial était le projet de rénovation le plus conséquent de l’histoire du Palais, avec les soutiens financiers importants du gouvernement français et de la maison Chanel. Sylvie Hubac, présidente de la RMN-Grand Palais, avait annoncé la création d’un nouvelle grande entrée ainsi que la rénovation des six espaces d’exposition, dont l’un deviendrait une salle immersive faisant grand usage des nouvelles technologies numériques. Le projet original débordait d’ailleurs des limites du Grand Palais, en créant une allée piétonne connectant la Nef du Grand Palais au Palais de la découverte. Ce n’était d’ailleurs pas le seul débordement du projet, puisque prévu à 466 millions d’euros, ce dernier était en cours de dérapage financier, passant selon certaines sources internes à 600 millions.   

Une réorientation nécessaire

Le projet original était alors de fermer le site à partir de décembre 2020 et de le rouvrir en printemps 2023, afin d’être prêt à accueillir les épreuves d’escrime et de taekwendo des Jeux Olympiques de 2024, qui doivent se tenir sous sa verrière. Mais entre temps, la crise du covid est passée par là et les grands projets d’hier ne semblent plus aussi réalistes et réalisables, aujourd’hui. Pour éviter un dérapage du calendrier qui pourrait impacter fortement l’organisation des jeux, la décision a alors été annoncée par la ministre de la culture Roselyne Bachelot de réduire l’ampleur des travaux de rénovation, afin qu’ils soient terminés pour le printemps 2024 et correspondent au budget initial.  

C’est à Chris Dercon, le président de la RMN-Grand Palais, qu’est alors revenu la tache d’annoncer au cabinet d’architecture LAN, vainqueur du concours pour sa construction, la résiliation de leur contrat. Le bâtiment va, à présent, opter pour un projet de restauration plus sobre, sous la direction de l’architecte en chef des Monuments historiques François Chatillon, qui cherchera plus à faire redécouvrir le bâtiment qu’à le transformer radicalement. D’ailleurs, par la même occasion, le nouveau projet adoptera une dimension plus écologique en renonçant à l’intention initiale de creuser sous la Nef et dans les espaces boisés et verts protégés situés aux abords du bâtiment.  Tout cela, en s’inscrivant dans une « architecture post-covid » visant à créer des espaces de circulation plus généreux, facilitant la distanciation sociale.  

Une base solide conservée 

Cette baisse d’ambition nécessaire ne fait cependant pas perdre de vue les objectifs principaux de cette rénovation. Ainsi, la construction d’une grande entrée commune pour les publics du Grand Palais et du Palais de la découverte est conservée, la salle immersive numérique reste elle aussi d’actualité, tout comme le but central de ces travaux qui reste de restaurer et mettre aux normes le bâtiment, surtout en termes de sécurité incendie et d’accessibilité. 

Le Grand-Palais fermera donc bien ses portes au public à partir de décembre et ne rouvrira aux visiteurs qu’après le bon déroulement des jeux Olympiques, plus précisément au printemps 2025. 

 

Visuel : © Chatillon Architectes pour la Rmn – Grand Palais 2020. 

Un après midi romantique A la Seine Musicale Avec Sunwook Kim et Laurence Equilbey
« Tout le monde peut être féministe » de bell hooks : de l’exigence à l’engagement
Eliaz Ait Seddik

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *