Actu
Disparition du cinéaste et homme politique argentin Fernando Solanas

Disparition du cinéaste et homme politique argentin Fernando Solanas

09 novembre 2020 | PAR quentin didier

Jusqu’à ses 84 ans, le réalisateur et documentariste n’a cessé de partager son fort engagement politique à travers ses œuvres.

Né en 1936 à Bueno Aires, Fernando Solanas s’engage artistiquement et politiquement alors que l’Argentine bascule dans une dictature militaire (de 1966 à 1973). Il théorise et fonde à la fin des années 1960 le groupe Cine Liberación. Le groupe milite pour que le cinéma d’Amérique latine affirme sa propre identité loin du cinéma hollywoodien et européen. Cette pensée anti-néocolonialiste reste l’une des principales thématiques de son œuvre.

La dictature militaire argentine entend « moraliser » une société qu’elle considère comme déviante. Sont alors mis en cause l’éducation universitaire, mais surtout l’art et la culture tel que le nouveau cinéma ou encore le rock, considérés comme subversifs par l’Etat. En réponse Fernando Solanas et son collègue Octavio Getino réalisent en 1968 le documentaire L’heure des brasiers (La hora de los hornos). Le film documentaire témoigne de tout l’activisme et le militantisme qui caractérisent les deux cinéastes. L’heure des brasiers insuffle de puissantes idées révolutionnaires en déconstruisant l’Amérique latine et ses problèmes socio-économiques, puis en suivant les guérillas naissantes emmenées par la figure d’Ernesto Che Guevara.

Fernando Solanas signera des films de fiction primés lors des plus importants festivals européens tel que la Mostra de Venise, la Berlinale ou encore le Festival de Cannes. En parallèle il renforce son travail politique en devenant député pour le parti de centre-gauche Frepaso (Front pour un pays solidaire) de 1993 à 1997. A la suite de la crise économique qui frappe l’Argentine dans les années 2000, Fernando Solanas entreprend une série de documentaires politiques qui entendent comprendre et tenter d’expliquer les maux qui frappe le pays. Il présente également sa candidature à l’élection présidentielle de 2007 avant d’entamer une carrière de sénateur de 2013 à aujourd’hui.

Le cinéaste et homme politique argentin nous quitte après de nombreuses décennies d’engagement en faveur de son pays et de l’Amérique latine toute entière.

Pour lire notre chronique du coffret dvds sorti il y a quelques années chez Blaq Out, c’est ici

Visuel ©Gabriel G.S Creativecommons

« Le dérèglement joyeux de la métrique amoureuse », Mathias Malzieu et Daria Nelson, tout feu, tout flamme
L’agenda culturel de la semaine du 9 novembre
quentin didier

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *