Actu
Décès du rockeur Mark Lanegan à 57 ans

Décès du rockeur Mark Lanegan à 57 ans

23 février 2022 | PAR Aminata Fofana

L’artiste pionnier du grunge, Mark Lanegan, s’est éteint ce mardi 22 février dans sa maison en Irlande. Sans précision sur la cause de sa perte, il laisse ses fans et la scène derrière lui à l’âge de 57 ans, après avoir marqué la musique alternative des années 1990 et 2000.

Un parcours sombre et épatant

Né en 1964, Mark Lenegan est un chanteur américain qui s’est fait une place grâce à son incontournable timbre rauque. Il commence sa carrière en tant que chanteur et leader du groupe Streaming Trees en 1986, jusqu’à leur dissolution en 1997. Sept albums sont nés de ces onze années d’activité en groupe, où l’artiste s’est investi parallèlement dans des projets solos. The Winding Sheet est son premier album personnel, contenant par exemple la collaboration iconique avec son ami Kurt Cobain sur les titres Down in the dark et Where did you sleep last night . Il poursuit ses productions individuelles jusqu’à son dernier album blues and folk, Field songs , terminant son expérience avec le bassiste Mike Johnson.

En 1995, sa voix apparaît également dans deux chansons de l’album Above de Mad Season, qui fut réédité en 2013 avec la reprise par l’artiste de deux chansons inédites en hommage au défunt Layn Staley.

Participant en tant que troisième chanteur aux activités du groupe de rock Queens of the Stone Age à partir de 2001, sa musique se tourne plus vers un style heavy et expérimentale. Ce tournant est noté par le véritable succès commercial de ses albums solos Here Comes That Weird Chill et Bubblegum sorti dans les années 2003 et 2004.

Il laisse une belle discographie, il détient une quinzaine d’albums studio qui affirment son identité. Chanteur, musicien et compositeur, sa voix baryton s’est alliée à de nombreux noms de la musique rock tels que Twilight Singers, Isobel Campbell, Mondo Generator et bien d’autres…

Imprégné de la culture grunge, l’artiste ne s’est jamais caché de ses anciennes addictions à l’alcool et l’héroïne. Il revient lui même sur son histoire difficile dans son autobiographie Sing Backward and Weep: A Memoir parue en 2020. Minimisant même son impact, il s’exprime en 2020 dans l’édition française du Rolling Stone, disant « J’ai dû garder mes distances pour éviter d’être connu comme un ex-grunge toxicomane qui n’a jamais réussi » au média.

Visuel:© Wikipédia

L’opéra, contraintes et libertés : un « chantier nomade » vivifiant à l’Opéra de Nancy
Laurence Reymond : « C’est réellement à la suite de cette Palme d’Or qu’est née la programmation Elles font genre » au Festival international de films de Femmes
Aminata Fofana

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


Soutenez Toute La Culture