Actu
Décès du chef d’orchestre Gianluigi Gelmetti

Décès du chef d’orchestre Gianluigi Gelmetti

19 août 2021 | PAR Orane Auriau

L’ancien directeur musical de l’Opéra de Rome nous a quittés le 11 août à l’âge de 75 ans, au Centre hospitalier Princesse-Grace de Monaco. 

 

Un parcours brillant

L’orchestre de la Philharmonie de Monte-Carlo a fait part de la nouvelle dans un communiqué de presse : «C’est avec une très grande tristesse que le conseil d’administration, la direction et l’ensemble des musiciens et du personnel de l’orchestre philharmonique de Monte-Carlo viennent d’apprendre le décès ce matin à Monaco de l’ancien directeur artistique et musical et chef honoraire de l’orchestre: le maestro Gianluigi Gelmetti. »

L’artiste d’origine italienne mais naturalisé monégasque était un immense chef d’orchestre, largement reconnu dans son milieu. Admiré pour ses interprétations des oeuvres de Beethoven, il était aussi spécialiste de Rossini, a par ailleurs travaillé au Festival Rossini de Pesaro de 1982 à 1999. 

Né à Rome en 1945, il a suivi des études musicales à l’Académie Chigiana de Sienne, puis à Vienne. De grands noms lui ont enseigné son art comme Sergiu Celibidache ou Franco Ferrara. Egalement compositeur et metteur en scène, il a fait des opéras, nous donnant en héritage de nombreux morceaux. Mais ce qui a forgé sa reconnaissance et fait sa singularité est essentiellement son originalité dans son métier, jouant des morceaux inconnus du grand public ou tombés dans l’oubli – on pense notamment à La leggenda di Sakùntula d’Alfano. Il ne craint pas non plus de réadapter les oeuvres de manière originale. 

 

Une carrière riche

Celle-ci se fait même sans accroc : il est chef de l’orchestre de la radio de Stuttgart de 1989 à 1998, avant de devenir le directeur musical de l’Opéra de Rome en 2000 jusqu’en 2009. Sa fin de carrière, glorieuse, est celle d’un directeur musical de l’Orchestre Philharmonique de Monte-Carlo, là où il a écoulé les dernières années de sa vie. Figure prolifique de la scène artistique, il laissera derrière lui une vaste et belle discographie. 

 

Crédits visuels © : Wikimedia commons

Jacky Terrasson Trio, en toute intimité au Sunside
Les Filles de Monroe d’Antoine Volodine : La pluie, la grisaille et le communisme
Orane Auriau

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture