Survivre aux fêtes, escapade n°1 : Voir le familistère de Guise, cette utopie réalisée [Carnet de Voyage]

31 décembre 2017 Par
Sabina Rotbart
| 0 commentaires

Saturés de destinations toujours plus trendy, vous cherchez une échappée possible pour cette fin 2017. Quelques idées à emprunter d’urgence pour ne pas étouffer dans le loisir de masse.

le-familistere-de-guise

Formidable mécanicien, Jean-Baptiste Godin inventa le poêle et les cuisinières éponymes, fit fortune en les vendant sur plusieurs continents et … partagea tout avec ses compagnons de labeur. Visiter cette utopie sociale située dans l’Aisne, tout près de Saint Quentin, s’avère incroyablement réconfortant : oui, une utopie qui devient réalité, prend corps et tient dans la durée, cela existe. A Guise, elle a duré de 1888 à 1968 et l’entreprise elle-même perdure même si elle n’est plus gérée collectivement.

Il faut impérativement foncer vers ce lieu qui concrétise l’utopie fouriériste, le phalanstère, sans mettre à mal cependant la structure familiale traditionnelle. En 1888, Godin, qui est au départ serrurier mais surtout bricoleur de génie, construit pour ses collègues fondeurs un palais social dont ils seront copropriétaires comme de l’outil de production. Tous les appartements sont identiques, adaptés au cycle de vie des familles et incroyablement bien pensés, les logements les moins bien éclairés ont droit à des fenêtres plus larges, par souci d’égalité ! Godin invente ici le vide-ordure, la ventilation automatique des logements et les portes à ressort qui se ferment d’elles – même! Ouvriers et contremaitres sont logés à la même enseigne, tous bénéficient d’une pouponnerie, d’un bambinat, d’un théâtre, d’une bibliothèque et même d’une géniale buanderie-piscine où un plancher amovible permet d’adapter la profondeur des bassins à la taille des baigneurs du moment. On festoye ensemble le 1er mai et les festivités se succèdent comme les prises de décision démocratiques où les femmes ont une place réelle !

guise_ecole_theatre_familistere

Si la visite du Palais social passionne c’est qu’elle montre une ingéniosité et un soin des détails quotidiens remarquables, parallèlement à une visée sociale impressionnante. C’est aussi qu’elle s’ouvre au présent et à la diffusion mondiale du fouriérisme et du saint simonisme. Et la scénographie n’a rien de nostalgique : on apprécie particulièrement celle, qui permet d’ouvrir des vidéos sur une carte du monde pour repérer les différentes utopies sociales qui ont vu le jour de Seattle à Christiania au Danemark, et leurs parti-pris originaux.

En ce moment et jusqu’en juin 2018, une exposition temporaire, « Des machines au service du peuple », met en lumière l’incroyable ouverture au monde de Godin, pour qui les machines devaient libérer l’homme, une fois qu’elles ne seraient plus aux mains des capitalistes. Quand le travail finirait enfin par gouverner le capital … Godin, passionné par les avancées technologiques qui se multiplient dans l’Europe du XIXème et font faire un bond en avant aux transports, à l’imprimerie, aux acieries… mais aussi à la sphère domestique, s’intéresse absolument à tout. Il communique avec les autres inventeurs, les philosophes, les écrivains dont tous n’apprécient pas son univers qu’ils jugent parfois concentrationnaire (c’est vrai que le palais social est un remarquable outil de contrôle social même s’il n’a pas été créé pour cela !). Cette effervescence créative est montrée là, dans ce lieu qui est le seul monument historique habité de France où l’école et le théâtre sont toujours en activité..

Deux excellents ouvrages pour compléter la visite qu’on préfèrera guidée tant elle est riche en détails : 1/ L’album du familistère, somme historique sur l’histoire du lieu. Aux éditions du familistère. 29 euros. 2/ Des machines au service du peuple, catalogue de l’exposition, 25 euros.

Y ALLER :
Guise est à 186 kilomètres de Paris, 108 de Lille et d’Amiens, 28 de Saint Quentin. Un train direct relie Paris et Lille à Saint Quentin.
Le musée possède un petit restaurant et va créer un hôtel dans une aile e du Palais social en cours de restauration.

Que voir tout près ? Le très beau musée Matisse de Cateau-Cambrésis et bien sûr, un peu plus loin, le Louvre-Lens.

Ouvert toute l’année de 10 à 18h. Réouverture le 9 janvier, Fermé le lundi jusqu’au 28 février.

Tel : 03.23.61.35.36
www.familistere.com