[Live Report] Bleached, Static King et Deaf Preachers au Supersonic

28 mai 2016 Par Kevin Depessemier | 0 commentaires

Hier soir, le Supersonic, lieu atypique proche de la place de la Bastille qui semble être un ancien loft ou atelier aux grandes verrières, a ouvert ses portes à trois noms de la jeune scène rock : Deaf Preachers, Static King et surtout Bleached, venu du sud de la Californie. Retour sur une soirée bouillonnante (un peu trop même) et rock’n'roll.

C’est dans une petite rue à l’écart du bruit et de la foule de la place de la Bastille que l’on aperçoit le Supersonic, un bar-club qui s’adonne aussi aux concerts, allant de l’indie-pop au rock, adorant les nouvelles têtes blondes de ces genres et donc vouloir être une scène tremplin pour le nouveau sang. Bière, clope, le schéma habituel dans ce genre d’endroit où le trottoir se transforme presque en terrasse le temps d’une soirée. La salle se remplit peu à peu et le premier groupe s’installe, Deaf Preachers.

Son saturé, une voix agressive mais entreprenante, on adore ou l’on déteste, mais ils savent ce qu’ils font et nous happe dans leur musique alors que le soleil ne s’est toujours pas couché et passe à travers les verrières. Ça bouge et on ne demande que ça, la bière à la main. La soirée s’annonce géniale, vivement les mouvements de foule. Après une petite dizaine de morceaux, les Deaf Preachers qui ont déjà bien amoché nos oreilles mais remonté le moral, laissent la scène. Les suivants, Static King enflamment la salle avec un rock qui fait retomber quelques années plus tard. On connaît ce genre de sonorité, rien d’innovant, mais qui reste tout de même efficace : un rock à l’anglaise énergique, qui force votre tête à répondre au rythme. Le batteur est nerveux, il frappe fort, bien plus fort que la basse mais ce n’est pas pour déplaire. La première partie s’achève et le public est déjà bien chaud, sûrement dû aussi à la salle qui était tout de même assez étouffante. Trois filles, toutes sorties de ta friperie préférée, arrivent sur scène, ça s’installe, ça repart et ça revient avec une foule qui n’attendait que ça : Bleached est là.

Bleached, c’est un groupe de la scène pop-punk de Los Angeles, composé de deux sœurs et une bassiste Jennifer Clavin, Jessica Clavin et Micayla Grace, qui seront rejoins par un batteur aux cheveux soyeux pour le concert. Un petit bonjour timide et on commence fort. Étonnamment, elle s’ambiance au quart de tour, une petite perte d’équilibre de la part de la bassiste (Micayla) qui sautille parfois sur une scène assez étroite, pas de blabla ni de chichi, ça tape fort et bien dès le début. On se retrouve avec un punk édulcoré dans les oreilles, influencé par Ramones, Sonic Youth ou bien encore Fletwood Mac et pas seulement le punk. Une certaine nonchalance que l’on apprécie dans cette voix égayé par un instrument saturé, une ambiance de feu aux abords de la scène ou des spectateurs attentifs dans des recoins moins oppressant. Aux premières notes de Keep On Keepin’ On, la foule s’affole et des vagues se forment, plus possible aux photographes de bien faire son cadrage, c’était ça que l’on attendait ! Les chansons s’enchaînent, quelques mots sporadiquement de Jennifer en déposant la guitare pour se concentrer sur le chant, au fur et à mesure, la salle devient un four, la sueur coule autant chez le public que Bleached, les cheveux se graissent et la scène s’exalte : la bassiste se retrouve dans le public – et parfois sur le sol, la chanteuse change de rôle pour tâter un peu de la batterie, il ne manque plus que les feux d’artifices et l’ambiance serait à son comble. Le fameux compliment à la ville et ses habitants, une bise et elles s’échappent de la scène pour y revenir quelques minutes après, quelques morceaux en plus pour finir parfaitement la soirée (et ses acouphènes), on reprend une bière et on va finalement prendre l’air…

Visuel : Extrait de « Keep On Keepin’ On » de Bleached, Youtube.


LAISSEZ UN COMMENTAIRE VIA FACEBOOK:

comments

Laissez un commentaire: