[Live Report] « Hors Série », un samedi soir pas comme les autres gare Saint-Lazare

6 septembre 2016 Par Hugo Saadi | 0 commentaires

Ce samedi 3 septembre, le collectif Surpr!ze nous en a fait une bien belle. Les organisateurs de la Concrete et du Weather Festival ont réussi leur pari fou de transformer la gare parisienne en immense dancefloor le temps d’une nuit magique. On vous raconte.

En raison de travaux nocturnes, la deuxième gare d’Europe niveau fréquentation ne voyait plus aucun train circuler de 22h à 9h du matin. Une première quasi historique pour Saint-Laz (comme on dit dans la capitale) fermée habituellement de 1h à 5h du mat. Le chef de gare y a donc vu une belle occasion de faire la fête et surtout de se donner une image jeune et festive. Il a donc profiter de ce fait rarissime pour proposer à Surpr!ze de créer  l’événement unique que l’on ne reverra pas de si tôt. Les équipes des soirées parisiennes sont bien rodées et ont réussi à relever un défi de taille. En quelques heures, la halle d’acier a revêtu une nouvelle tenue et ressemblait à un immense dancefloor.

Côté pratique : la fluidité à l’entrée était de mise et pour tous les habitués de la gare, l’entrée du lieu avait une saveur bien particulière. Une fumée éparse blanche sur le sol nous guidait jusqu’aux quais après avoir traversé la galerie marchande et emprunté les escalators. Ce soir-là, ceux qui courraient n’essayaient pas de choper leur train, mais se dépêchaient d’arriver avant le début du set de leur artiste préféré. À l’intérieur, les 5000 personnes se faisaient tout de même ressentir, mais l’immensité de la gare et le bon système son permettaient d’en profiter pleinement même à une distance prononcée, meilleur spot pour y trouver de l’espace. Une organisation au top, même si le seul bémol concerne l’absence total de point d’eau gratuit. Un point indispensable pour ce genre d’événement…

Même si le tarif proposé (40€) avait été beaucoup critiqué, la soirée était complète et les participants reconnaissaient  avoir mis la main à la poche plus pour la transformation du lieu que pour les artistes programmés. Et pour cause, danser et se balader une pinte à la main dans sa gare habituellement bondée de voyageurs était si spécial. Tout comme les moyens pour retrouver ses potes, les points de repère ne manquaient pas : « On se retrouve devant la voie 13 », « Je suis sous le point J », une originalité qui amusait en permanence. Sans oublier les moments où l’on dansait au rythme des basses juste devant le commissariat de police (fermé) ou le Burger King (ouvert toute la nuit). Il en était de même lors du passage au petit coin qui s’effectuait sur les premières voies. En temps normal, se soulager sur la voie publique est passible d’une amende, ce soir-là, les urinoirs tenaient tête aux trains de banlieue.

Du côté des artistes, la soirée Hors Série avait misé sur un line up 100% house française. Avec notamment deux gros noms sur la voie principale : Apollonia et Jeremy Undergound. Avec un set de 3h30, le trio français Apollonia n’est plus à présenter, eux qui écument les scènes européennes. Ils ont donc livrés leurs bases et fait monter rapidement l’ambiance grâce à un système son optimal. Jeremy Underground quant à lui était chargé de clôturer l’événement. Ce fut chose faite avec un lourd set d’electro. Sur la voie 2, les platines tournaient beaucoup plus vite pour y présenter les prochains noms de la scène française. Les sonorités de Cabanne, Leo Pol, Mad Rey ou encore H330 ont donc fait trembler à tour de rôle la galerie marchande lors d’une nuit qu’ils n’oublieront pas.

Comme son nom l’indique la soirée « Hors Série » ne risque pas d’avoir de petite sœur très bientôt. Il faudra donc être patient avant d’avoir affaire à une nouvelle soirée atypique. En attendant, on pourra toujours aller faire un tour dans le 11ème arrondissement de Paris, où les équipes de Surpr!ze vont inaugurer cette semaine La Friche Richard Lenoir, un nouveau bar éphémère de plus de 2900 mètres carrés !

© Visuels Page Facebook Hors Série


LAISSEZ UN COMMENTAIRE VIA FACEBOOK:

comments

Laissez un commentaire: