[Mostra, Jour 4 et 5] Des événements et de bonnes surprises

5 septembre 2016 Par Elie Petit | 0 commentaires

Les jours 4 et 5 de la Mostra de Venise ont été pleins de surprises et de réussites. TouteLaCulture fait le point, film par film.

The Young Pope de Paolo Sorrentino avec Jude Law, Diane Keaton, Cécile de France

La série événement, co-produite par Sky, Canal+ et HBO, était définitivement l’attraction de la journée. Les deux premiers épisodes, d’une écriture et d’une mise en scène bluffante ont permis de rencontrer le fameux Young Pope, le premier pape italo-américain, joué par un Jude Law d’une énergie révolutionnaire sans limite. A suivre assurément.

Brimstone de Martin KOOLHOVEN avec Dakota Fanning, Guy Pearce, Emilia Jones, Kit Harington, Carice Van Houten

Dans Brimstone, la violence égale l’émotion. La course poursuite, mue par un désir de vengeance illimité et fondé dans une folie meurtrière et sadique fait frémir.

Parfois difficile à suivre, Brimstone se révèle être un film construit de manière parfois intéressante. Parfois décevante aussi quand il délaisse ses énigmes narratives ou leurs trouve des explications alambiquées. Il mérite néanmoins d’être vu pour sa force visuelle et ses scènes de prêche et de confrontation, tant physiques que psychiques.

The Bleeder Philippe Falardeau avec Liev Schreiber, Naomi Watts

Biopic réussi de Chuck Wepner, le boxeur qui a inspiré à Stallone le personnage de Rocky Balboa. On le suit dans ses succès, son combat en 15 rounds contre Mohamed Ali et la reconnaissance après la naissance de Rocky 1. Pour lequel il ne touchera pas un centime. Un personnage que l’on connait donc mais que l’on peut découvrir grace à ce drame sportif, parfois amusant.

Safari d’Ulrich Seidl

Le réalisateur autrichien présente cette fois ci un documentaire sur les chasseurs allemands en Afrique. Il suit une famille allemande venu dans un Hunting Ranch. Sûr de leur bon droit, légal et naturel, à tuer tout ce qui passe par leur lunette de visée, parents et enfants, abattent un à un tout ce qu’on ne saurait imaginer heurter. Pire encore que le zèbre, la giraffe. A voir si l’on était pas persuadé que certains hommes sont bels et bien bêtes.

Kings of Belgians de Peter Brosens et Jessica Woothworth Peter Van den Begin, Lucie Debay, Titus De Voogdt

La sélection Orizzonti, dont le président de jury est le réalisateur Robert Guédiguian, a été bien inspirée de choisir King of the Belgians dans sa sélection : que de moments hilarants nous offre ce film cocasse et si bien fait ! La Belgique a éclaté, la Wallonie ayant déclaré son indépendance. Nicolas III, roi des Belges en voyage diplomatique à Istanbul, se retrouve dans l’impossibilité de rejoindre la Belgique du fait de l’éruption d’un volcan islandais qui rend tout vol aérien impossible. Or il est inenvisageable que le souverain, garant de l’unité du royaume, s’attarde davantage hors de son pays en chaos. Ce sera le début d’un improbable road-movie à travers les Balkans d’un roi en mal de confiance accompagné par les membres de son équipe rapprochée (chef de protocole, attachée de presse et valet personnel) désarçonnés, mais qui se plient à l’exercice. Ces moments de parenthèse absurde et privilégiée seront révélateurs pour le roi, qui pourra enfin prendre les commandes de son propre destin. Tout ce petit monde sera ce faisant filmé par un réalisateur anglais plein de facétie et sera confronté à des situations pleines d’une gracieuse ironie. Le décalage culturel et les différences de caractère entre les personnages seront suggérés  d’une façon à la fois amusante et plus vraie que nature, ce qui ravira les spectateurs.

Réparer les Vivants de Katell Quillévéré avec Tahar Rahim, Kool Shen, Alice Taglioni, Emmanuelle Seignier, Anne Dorval

Très beau film que le nouveau Katell Quillévéré. Avec un casting de choc et des rôles intéressants : Emmanuelle Seignier et Kool Shen en parents séparés d’un jeune dans le coma après un accident de voiture. Tahar Rahim en interne d’un hôpital qui leur propose de faire un don d’organe. Emouvant et puissant. Une réussite.

Spira Mirabilis de Massimo D’ANOLFI et Martina PARENTI

Massimo D’Anolfi et Martina Parenti livrent un documentaire qui malgré la souffrance endurée pendant deux heures, vaut le coût. Une reflexion sur la vie, la mort et plus loin encore.

Sorte de Tree of Life non esthétique, dur, Spira Mirabilis est une experience de violence psychologique qui reste gravée longtemps pour la penser après sa conclusion.

La region Salvaje d’Amat Escalante avec Ruth Ramos, Simone Bucio, Jesús Meza, Edén Villavicencio

On en revient toujours pas. Comment une histoire si bizarre peut-elle sortir d’un l’esprit humain ? C’est pourtant le cas, à priori. La region salvaje d’Amat Escalante est un film étrange, dérangeant, qui fait réagir, amusé ou pris de vomissements.

 

visuel : affiche officielle


LAISSEZ UN COMMENTAIRE VIA FACEBOOK:

comments

Laissez un commentaire: