Box office France 2011: bilan d’une année cinéma exceptionnelle dans les salles françaises!

22 décembre 2011 Par
Gilles Herail
| 1 commentaire

Une année se termine et il est temps de commencer les traditionnels bilans au moment où les bêtisiers de toute sorte inondent les télévisions et où les bonnes résolutions commencent déjà à être oubliées. L’année 2011 confirme le très bon état de santé du cinéma en France avec une nouvelle année record. Certains analystes parleront d’un « effet crise », les français déprimés se ruant dans les salles pour oublier le quotidien. Vite-dit au regard des performances surprenantes de films étonnement noirs. Résumé (en chiffres) d’un cru étonnant ou de nombreuses grosse machines ont été supplantées par des films plus modestes et plus audacieux.

2011, c’est d’abord et avant tout le triomphe attendu d’un certain nombre de gros films qui n’ont pas déçu et trustent les premières places du classement. On retrouve au plus haut Rien à déclarer de Dany Boon (8,5 millions d’entrées), malgré la qualité plus que discutable du film. Les suites fonctionnent toujours autant : un huitième Harry Potter (6.5 millions), un cinquième Fast and Furious, des quatrième Twilight, Pirates des Caraïbes et Mission Impossible, un troisième Transformers et Alvin, deux suites de Cars et Kung Fu Panda. Les adaptations de BD sont à la fête : entre le triomphe de Tintin et des Schtroumpfs, on trouve aussi le succès surprise de l’élève Ducobu et la moindre déception de Titeuf. Certains blockbusters ambitieux et salués par la critique ont réussi à relancer des franchises en perdition ou à imposer de nouveaux personnages populaires. Le succès de La planète des singes origines (4 millions d’entrées)où Andy Serkis montre une nouvelle fois l’ampleur de son talent en est la preuve, ainsi que la découverte d’un nouveau Marvel, Thor. On notera surtout les plus de 2 millions de spectateurs venus applaudir la renaissance des X-Men dans l’excellent X men First Class, l’un des meilleurs films à gros budget de ces dernières années.

 

Les films d’auteurs acclamés par la critique ont eu des carrières souvent incroyables et ont permis à des artistes confidentiels d’exploser au grand jour. Polisse a obtenu un succès aussi large qu’inattendu en attirant plus de 2 millions de spectateurs pas effrayés par un sujet sensible, pas plus que par le thème difficile de La guerre est déclarée qui a ému près d’1 million de français. Black Swan et Le discours d’un roi avec près de 3 millions de tickets chacun ont réalisé plus que Transformers 3 ! Le très beau Drive avec Ryan Gosling a lui dépassé 1,5 millions d’entrées, une gageure pour ce type de produit très original. Le cas de The Artist est le plus symptomatique : qui aurait pu rêver a la naissance du projet d’attirer 1.5 millions de spectateurs avec un film muet en noir et blanc ! The tree of life na pas démérite mais sans créer d’émeutes avec environ 800 000 spectateurs jamais indifférents, en bien ou en mal. Comme l’année dernière, la France confirme son attachement a certains réalisateurs qui font partie du patrimoine national : les derniers opus de Clint Eastwood et Woodie Allen ont encore une fois cartonné avec près de 2 millions d’entrées ainsi que les frères Cohen avec True Grit.

 

Comme chaque année, des petits films populaires ont su trouver leur public. Le résultat incroyable d’Intouchables parti pour dépasser les 17 millions d’entrées, va faire de lui le troisième film le plus populaire de tous les temps. Une bien belle histoire que celle d’un film généreux, porté par des réalisateurs talentueux déjà aux manettes de petits films très sympathiques, n’ayant pas bénéficié d’une promo excessive. Simplement porté par l’enthousiasme de son public. Dans la même catégorie, on retrouve Les femmes du 6ème  étage avec Luchini qui dépasse les 2 millions d’entrées et l’hilarant Case départ qui approche aussi cette barre, créant l’une des plus grosses surprises de cette année. Quelques films étrangers ont aussi réussi a construire un succès sur la durée grâce au bouche à oreille. C’est notamment le cas d’Une séparation, grand film iranien qui a construit son succès sur la durée et sur son excellente rumeur. Dans une moindre mesure, des films comme Et maintenant on va ou ou Pina ont aussi réalisé des scores encourageants, montrant que le cinéma d’auteur international a encore de beaux jours devant lui.

 

2011 réserve aussi son lot de pleurs, notamment parmi les films français dont certains ont déçu au regard dune attente surement trop grande. Trois de nos plus grand réalisateurs ont ainsi essuyé des échecs cinglants avec The Lady, Or noir, et L’ordre et la morale dont aucun ne dépassera la maigre barre des 500 000 entrées malgré des budgets très élevés. Que Besson, Kassovitz et Annaud se rassurent. L’exploitation internationale de leurs films permettra surement de donner une seconde chance à des opus passés inaperçus en France. L’inique guerre des Guerre des boutons a neutralisé la carrière des deux films qui terminent dans des eaux bien inférieures aux attentes suscitées. Des auteurs prometteurs ont aussi eu du mal a passer la barre du 2eme et du 3eme film. On pense a Marjane Satrapi,  Remi Bezancon et Samuel Benchetrit dont les Poulet aux prunes, Un heureux événement et Chez Gino ont très fortement déçu.

 

 

Une année 2011 exceptionnelle où la part de marché des films français s’est très bien maintenu, en grande partie grâce au phénomène Intouchables mais aussi grâce à la diversité de la production. Osons les pronostics pour l’année prochaine, qui s’annonce riche en succès attendus… Le Marsupilami, La vérité si je mens 3, Astérix 4, Les seigneurs, L’âge de glace 4, Bilbo le Hobbit, The Avengers et surtout The Dark Knight Rises qui concluera (on l’espère) en beauté l’incroyable trilogie de Christopher Nolan. Espérons cependant qu’encore une fois, un petit Intouchables arrivera à dépasser tous ces concurrent de poids. Petit débrief en décembre prochain…