Printemps du cinéma 2017 : 4€ la séance du 19 au 21 mars. Le Programme et notre sélection !

17 mars 2017 Par
Gilles Herail
| 0 commentaires

Le printemps du cinéma  revient pour sa 18ème édition du dimanche 19 au mardi 21 mars 2017. La formule reste la même : un tarif unique de 4 euros la séance pour tous les films et toutes les séances. L’occasion de (re) découvrir les meilleurs longs-métrages à l’affiche actuelle. Toutelaculture vous propose sa sélection des films à ne pas rater !

printempsducinema2017

Le Printemps du ciné revient pour sa dix-huitième édition du dimanche 19 au mardi 21 mars 2017 avec une formule qui a prouvé son succès : tarif unique de 4 euros pour tous les films et toutes les séances. Plus de 2 millions de spectateurs participent chaque année à cette opération qui permet de booster le box-office français avant l’arrivée des beaux jours et des vacances de Pâques. L’occasion d’aller découvrir des films différents et de rattraper son retard ciné en enchaînant les toiles. Toutelaculture vous propose sa sélection, forcément subjective, au sein d’une offre très riche et de qualité.

A voir absolument :

The Lost City of Z :  James Gray signe un grand film sur l’exploration, la soif de découverte et l’humanisme. The lost city of Z est une épopée intime fascinante, magnifiquement filmée et brillamment interprétée (Charlie Hunnam, Robert Pattinson et Sienna Miller). Un long-métrage puissant, profond, qui nous embarque dans un voyage existentiel envoûtant.

Moonlight : Barry Jenkins signe un film d’une rare sensibilité sur un sujet pourtant difficile : l’histoire d’amour à travers les âges de deux jeunes noirs des quartiers pauvres de Miami. Moonlight est une pépite de sensibilité, de douceur et de romantisme, qui émeut profondément tout en présentant des personnages et des destins que l’on ne voit jamais au cinéma. Tout simplement magnifique.

Patients:  Patients nous emmène aux côtés des « tétras » et autres « paras » qui doivent réapprendre à vivre, redécouvrir leur corps et gérer le handicap dans une chronique sensible qui trouve le bon équilibre entre profondeur et légèreté. Le premier film de Grand Corps Malade est le coup de cœur critique et public du moment!

Loving : Jeff Nichols signe un film intense mais serein sur le destin d’un couple interracial de la Virginie ségrégationniste des années 50. Loving mêle la petite histoire (la tendresse et la simplicité d’un couple de petite classe moyenne) et la grande (une affaire judiciaire clef dans la lutte pour les droits civils) avec énormément de justesse. Un témoignage historique passionnant et un récit humain poignant.

Les figures de l’ombre : du cinéma hollywoodien grand public éclairant, intelligent et séduisant sur le destin hors du commun de trois femmes noires engagées dans la course pour la conquête de l’espace

La la Land : leçon de mise-en-scène de Damien Chazelle légitimement récompensée par une pluie d’Oscars.

De l’autre côté de l’espoir :  « esthétiquement sublime et résolument engagé »

Si on a encore le temps :

Silence :  un film de Scorsese dense, parfois trop bavard, mais qui amène une réflexion passionnante sur le doute de la foi, à mille lieues des délires prosélytes de Mel Gibson

L’ascension : une comédie populaire avec beaucoup de cœur, qui mérite ses deux prix à l’Alpes d’Huez. Quelques maladresses mais surtout une vraie sincérité et un romantisme à tout épreuve. Très jolie surprise.

Chez nous Affreusement banal. Comme un chewing gum collé sous la semelle, gênant, même si on s’en débarrasse. Un relent de saleté, une sorte d’arrière-goût désagréable, qui resterait accroché malgré tout.  Le dernier film de Lucas Belvaux, est de ces « petites choses » de l’ordre de la nécessaire salubrité publique.

Grave : truffé de références, désarçonnant dans sa volonté de mélanger les registres, parfois un peu empâté dans une recherche de faire cohabiter hyper-réalisme et fantastique, « Grave » se laisse voir et devrait séduire tant les curieux au cœur bien accroché que les amateurs du genre à la recherche d’autre chose que les incontournables ficelles du registre.

Split : le retour de M. Night Shyamalan sur le devant de la scène avec à la clef une excellente presse et un résultat très solide au box-office international.

Plus d’infos sur le site officiel du Printemps du ciné :  http://www.printempsducinema.com/ 

Gilles Hérail