Cinema
Quelques chaleureuses recommandations de la rédaction pour le printemps du cinéma

Quelques chaleureuses recommandations de la rédaction pour le printemps du cinéma

17 mars 2013 | PAR La Rédaction

Comme chaque année pendant le printemps du cinéma, en 2013 du 17 au 19 mars, votre place est à 3.5 euros. L’occasion de faire quelques agréables séances de rattrapage. Certains membres de la rédaction ont trouvé des pépites, connues et moins connues, et vous guident dans vos choix…

 

Sophie:

« Traviata et nous » de Philippe Béziat : Filmées par Philippe Béziat, les répétitions de Traviata à Aix en Provence dans une mise en scène de Jean-François Sivadier avec Natalie Dessay et le chef d’orchestre Louis Langrée se révèlent être un précieux bijou. Émerveillement de voir le véritable travail d’actrice de Natalie Dessay et les indications d’une finesse incroyable du metteur en scène Sivadier. Entre émotion, rires et magie de la communion entre les voix et l’orchestre, ce film monté avec intelligence donne envie que la salle de cinéma s’écroule à la fin pour se retrouver dans la Cour de l’Archevêché et assister à la représentation.

« Wadjda » de Haifaa Al Mansour : Ce film saoudien prend aux tripes tant l’histoire de cette jeune fille de 12 ans qui se bat avec un acharnement sans nom pour obtenir le vélo de ses rêves est irréelle et d’une vérité poignante. Sans poser aucun jugement, la réalisatrice dessine avec simplicité, sensibilité et courage le statut de la femme dans un pays où tout lui est interdit, même faire du vélo.

 

Hugo :

Django Unchained : Tarantino s’essaye au western et le revisite à sa sauce : dialogues mémorables et hémoglobine coulant à flots, Django est le nouveau chef d’œuvre du maître Tarantino.

Cloud Atlas : Les Wachowskis sont aux commandes d’un film « choral », 6 histoires, des fils rouges éblouissants entre ces dernières, un casting aux visages multiples et une réalisation à couper le souffle, Cloud Atlas est la semi- révolution cinématographique de l’année. 2h50 qui filent à toute allure.

Zéro Dark Thirty : K. Bigelow nous raconte en 2h30 LA traque de l’homme le plus recherché au monde. Un véritable cours d’histoire contemporaine mené par la sublime et talentueuse Jessica Chastain. Zero Dark Thirty le film polémique de ce début d’année qu’il faut avoir vu.

Yohann:

The Master : une ode folle à la liberté, sublimée par l’hypnotique mise en scène de Paul Thomas Anderson.

7 Psychopathes : un OFNI philosophico-comico-dramique qui vous réconciliera avec les serial-killers, car même les monstres ont un cœur.

Flight : le portrait glaçant d’une société qui glorifie l’héroïsme pour mieux réfuter ses bas instincts.

François :
The master : Après les méandres d’un pétrolier au début du siècle, Paul Thomas Anderson dérive sur la scientologie. Fausse biographie du fondateur de cette secte/religion, le film s’ il ne séduit par son scénario sinueux se rattrape grâce à une esthétique proche de la perfection, une mise en scène irréprochable et un Joaquin Phoenix excellent.

Amélie :
No : comment la politique peut être une affaire de com’, l’histoire qui fit chuter pinochet

Le souffle de la vie : Le documentaire sur la chorégraphe Anna Halprin qui nous fait plonger dans l’art thérapie

Django unchained. : Du blockbuster comme Tarantino sait les faire, hommage à Corbucci réussi !

 

Yaël :
Blancanieves : Retour à l’enfance garantie, avec toute la magie d’un voyage dans un conte cruel revu à la sauce piquante de l’Andalousie. Le génie de Pablo Berger se situe dans les détails bouleversants de ce petit bijou.

Wadjda : Où le travail coranique enthousiasmant d’une fillette saoudienne de 12 ans pour pouvoir faire du vélo, pratique interdite au nom de la religion dans son pays. Une critique intérieure qui accorde toutes ses lettres de noblesse à la comédie.

Sugar Man : Ma séance de rattrapage de cette semaine. Oscar du meilleur documentaire, ce film sur l’auteur compositeur oublié Sixto Rodriguez, et donc à la BO remarquablement belle, commence de la manière la plus classique qui soit comme un biopic sur un musicien qui a sorti 3 albums sans grand succès à Detroit au début des années 1970, pour se transformer en enquête et en expérience humaines absolument prenantes.

Gisèle Alain T2 : toujours plus d’aventures et de découvertes
Ma Vie Posthume tome 2: Anisette et Formol
La Rédaction

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


Soutenez Toute La Culture