A l'affiche
Printemps du cinéma 2015 : tarif de 3,50 € la séance du 22 au 24 mars. Programme et sélection des films à ne pas manquer.

Printemps du cinéma 2015 : tarif de 3,50 € la séance du 22 au 24 mars. Programme et sélection des films à ne pas manquer.

21 mars 2015 | PAR Gilles Herail

Du dimanche 22 au lundi 24 mars 2015, les spectateurs pourront bénéficier d’un tarif de 3,50 € la séance. La formule est la même qu’en 2014 et va permettre de ramener du monde dans des salles actuellement désertes. Beaucoup de nouveautés à l’affiche, de toiles à rattraper, dans tous les styles, avec des plaisirs coupables et des grands films. Toutelaculture vous propose sa sélection.


On commence par les succès grand public de qualité, blockbusters intelligents ou tout simplement ultra divertissants:

Kingsman de Matthew Vaugn avec Colin Firth et Samuel L. Jackson. Une parodie de film d’espionnage complètement folle, qui lorgne vers Tarantino tout en ajoutant une bonne dose d’humour British.

Bob l’éponge, un film animé, fou, malin, attachant avec Son humour mi-bon enfant, mi-adulte, sa petite vie d’américain moyen des profondeurs, et ses amis aux caractères bien trempés sont toujours là. Images 3D et scènes d’action s’invitent, et nous font passer un très bon moment.

American Sniper de Clint Eastwood qui raconte le parcours d’un soldat qui tue à distance, brillamment interprété par Bradley Cooper. Du grand cinéma classique avec des scènes de guerre étonnantes et une véritable profondeur.

Le printemps du cinéma permet de s’autoriser une sortie ciné différente, en découvrant des « petits » films d’auteur :

Réalité est l’un des tous meilleurs Quentin Dupieux. Alain Chabat et Jonathan Lambert n’ont jamais été aussi bons. Et le film nous entraîne dans le cerveau fou d’un réalisateur adepte du « no reason » qui brouille les pistes pour notre plus grand plaisir.

Hungry Hearts, le troisième film de Saverio Constanzo est un mélange entre Kramer contre Kramer, Blue Valentine et Rosemary’s Baby. La justesse de Constanzo a été de diriger ses acteurs de telle façon que ce drame familial se déroule dans un cadre où le silence est roi.

Mon Fils d’Eran Riklis, réalisateur de la Fiancée syrienne et des Citronniers nous livre une nouvelle œuvre très aboutie, d’une justesse rare. Cette chronique initiatique à la Boyhood suivant un adolescent sur une dizaine d’années transporte autant qu’elle passionne. Tout en racontant beaucoup sur les questions identitaires des arabes israéliens.

The Voices de Marjane Satrapi, qui passe à la langue anglaise avec des stars pour nous raconter une histoire de serial killer décalée, étrange, burlesque et glaçante avec un étonnant Ryan Reynolds.

La salle de cinéma est aussi l’occasion d’en apprendre plus sur le monde qui nous entoure et plusieurs excellents documentaires sont à l’affiche en ce moment. 

Citizenfour, thriller documentaire en temps réel qui nous fait revivre de l’intérieur l’affaire Edward Snowden, dans un film haletant et passionnant justement récompensé par un Oscar.

La vie des gens, étonnante chronique de vie suivant Françoise, infirmière libérale qui apporte soins et bonne humeur à ses patients âgés pour faciliter leur maintien à domicile

Bonnes toiles!

GillesHérail

Bruce Nauman à la Fondation Cartier : tout un parcours en quelques oeuvres
[Critique] « Hacker » : Michael Mann manque son retour
Gilles Herail

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture