[Critique] du film « Vendeur » Gilbert Melki forme Pio Marmai à l’art de la vente

7 mai 2016 Par Gilles Herail | 0 commentaires

Sylvain Desclous a soigné l’ambiance de son premier long qui s’éloigne de la critique sociale pour devenir un film noir à l’ambiance stylisée. Gilbert Melki insuffle du mystère et de la folie à son personnage de commercial addict qui tient autant du gangster charismatique que du VRP. Vendeur connait malheureusement de sérieuses baisses de rythme et a un peu plus de mal à faire évoluer sa réflexion sur la transmission (avec le fils interprété par Pio Marmai). Notre critique du film.

Note de la rédaction :

Extrait du synopsis officiel : Serge est l’un des meilleurs vendeurs de France. Il a tout sacrifié à sa carrière. Ses amis, ses femmes et son fils, Gérald, qu’il ne voit jamais. Et sa santé. Quand Gérald vient lui demander un travail pour financer les travaux de son futur restaurant, Serge hésite puis accepte finalement de le faire embaucher comme vendeur. Contre toute attente, Gérald se découvre un don.

Gilbert Melki est un acteur trop rare, resté discret au cinéma depuis La vérité si je mens 3 sorti il y a 4 ans. Le comédien s’est beaucoup investi pour ce premier film de Sylvain Desclous, auquel il apporte sa gueule de mafieux, roublard, charismatique, hanté par de nombreux démons. Vendeur transforme son postulat sociologique (les dessous du métier de la vente) en prétexte pour réaliser un film d’ambiance, reprenant les morceaux de batterie entêtants de Whiplash, invitant des classiques old-school de musique américaine. Et filmant les espaces commerciaux et les décors glauques de villes moyennes comme un terrain de jeu de polar mafieux. Ce travail d’atmosphère démontre les qualités de mise-en-scène d’un jeune cinéaste qui donne à son premier long-métrage une véritable signature.

Sans réussir à insuffler la même tension au niveau du scénario et de l’évolution des enjeux des deux personnages principaux. Vendeur partage les états-d’âme d’un commercial vieillissant, qui a consacré toute sa vie à un art qu’il maitrise parfaitement. Un génie de la vente qui tient autant du gangster charismatique que du VRP, addict à tous les vices, mais connaissant par cœur toutes les ficelles du métier. Un as de la séduction, du tact, de l’intelligence situationnelle, qui va devoir se rapprocher de son fils (interprété par Pio Marmai) et l’initier à son monde. La question de la transmission et du rôle de père devient progressivement le cœur d’un script un peu classique qui peine à maintenir le rythme et à surprendre. On retiendra malgré tout une performance géniale de Gilbert Melki et un climat intrigant, non dénué de charme.

Gilles Hérail

Vendeur, une comédie dramatique française de Sylvain Desclous avec Gilbert Melki, Pio Marmai et Pascal Elso, durée 1h29, sortie le 04/05/2016

Visuels : © affiche et bande-annonce officielles du film


LAISSEZ UN COMMENTAIRE VIA FACEBOOK:

comments

Laissez un commentaire: