[Critique] du film « Le procès du siècle » Comment lutter efficacement contre le négationnisme ?

9 mai 2017 Par
Gilles Herail
| 0 commentaires

Le procès du siècle pose des questions passionnantes sur la stratégie à adopter pour lutter contre les thèses négationnistes et ceux qui les propagent. Ouvrant également la réflexion sur les débats éthiques liés : combattre ou censurer, adopter une approche mémorielle ou une approche historique « scientifique », ignorer ou attaquer en justice. Un film profondément d’actualité, au moment où les « fake-news » et le complotisme sont plus forts que jamais. Notre critique.

Extrait du synopsis officiel : Deborah Lipstadt, historienne et auteure reconnue, défend farouchement  la mémoire de l’Holocauste. Elle se voit confrontée à un universitaire extrémiste, avocat de thèses controversées sur le régime nazi, David Irving, qui la met au défi de prouver l’existence de la Shoah.  Sûr de son fait, Irving assigne en justice Lipstadt, qui se retrouve dans la situation aberrante de devoir prouver l’existence des chambres à gaz. Comment, en restant dans les limites du droit, faire face à un négationniste prêt à toutes les bassesses pour obtenir gain de cause, et l’empêcher de profiter de cette tribune pour propager ses théories nauséabondes ?

leprocesdusiecle

Le nouveau film de Mick Jackson souffre d’une réalisation sans relief, d’un personnage principal trop lisse (Rachel Weisz) et d’une dramatisation maladroite. Le spectateur oublie pourtant très vite ces réserves de forme pour se concentrer sur le fond, qui pose des questions philosophiques passionnantes et résonne fortement avec l’actualité. Le procès du siècle revient en effet sur la bataille judiciaire entre un historien négationniste et l’auteure d’un ouvrage l’accusant de falsifier l’Histoire pour réhabiliter Hitler. Une affaire médiatique emblématique dont le récit permet d’aborder la Mémoire de la Shoah sous un angle nouveau. La plainte de David Irving (pour diffamation) n’est qu’un prétexte pour attirer la lumière sur ses écrits et partager ses thèses rances au plus grand nombre. Mais Deborah Lipstadt va se saisir de l’occasion pour accepter la confrontation et emmener la question du négationnisme devant les tribunaux anglais. S’entourant d’une armée de conseillers juridiques pour prouver que son accusation est fondée et démontrer que les « erreurs » de l’historien relèvent non pas du hasard mais de son idéologie antisémite et raciste.

Le procès du siècle décortique l’axe de défense choisi par les avocats, conscients du risque d’accorder, malgré eux, une légitimité au travail d’Irving. Doivent-ils ou non faire témoigner des rescapés dont le récit pourrait être contesté, les yeux dans les yeux, par Irving ? Doivent-ils aller sur le terrain des preuves de la Shoah et des chambres à gaz ? Le scénario de David Hare expose ces dilemmes et ces arbitrages difficiles, qui s’inscrivent dans des enjeux plus larges. Comment éviter que le négationnisme soit considéré comme une opinion comme une autre ? Comment combiner une approche mémorielle et une approche historique « scientifique » ?  Le procès du siècle invite le spectateur à se saisir de ces questions complexes, qui font écho à la problématique très contemporaine de la désinformation complotiste. Ces fake-news (relabellisées « opinions alternatives ») au succès grandissant qui s’auto-alimentent dès que l’on tente de les contester. Et seront l’un des défis centraux des démocraties dans les années à venir.

Gilles Hérail

Le procès du siècle, un drame historique de Mick Jackson avec Rachel Weisz, Tom Wilkinson, Timothy Spall, durée 1h50, sortie le 26 avril 2017

Visuels : © affiche et bande-annonce officielles du film