Actu
Des déclarations négationnistes rattrappent le nouveau président du FN

Des déclarations négationnistes rattrappent le nouveau président du FN

27 avril 2017 | PAR Laetitia Zicavo

Suite à la « mise en congé » de Marine Le Pen de la présidence du Front National, le parti a désigné comme remplaçant de la présidente, pour la durée de la campagne, Jean-François Jalkh. Ce membre historique du parti d’extrême-droite est certes peu connu du grand public mais a déjà été épinglé en 2000 pour sa remise en question de l’utilisation du gaz Zyklon B dans les camps d’extermination nazis . 

Le nouveau président provisoire du FN est un véritable vétéran frontiste puisque c’est en 1974 qu’il adhère au parti. Proche de Jean-Marie Le Pen, c’est dans un entretien mené par l’universitaire Magali Boumaza que Jean-François Jalkh a tenu des propos jugés négationnistes.

En parlant des chambres à gaz, il estime « qu’on doit pouvoir discuter même de ce problème » . Il explique ensuite qu’il y a deux sortes de révisionnistes et négationnistes : « les espèces de timbrés et tous les provocateurs » qui sont « des gens détestables » , et puis il y a ceux dont les travaux l’ont « surpris » par « le sérieux et la rigueur, je dirais, de l’argumentation » . Il va jusqu’à prendre l’exemple de Robert Faurisson pour illustrer son propos : « Bon, même un type comme Faurisson, par exemple, qui est professeur à la faculté à Lyon, il est professeur de faculté, il est quand même prof, etc. » . Pour rappel : Robert Faurisson a été condamné à de multiples reprises pour négationnisme et a été puni en 2016 de quatre mois d’emprisonnement avec sursis et 4000 euros d’amende pour « diffamation raciale » .

Jean-François Jalkh poursuit son propos en affirmant que : « Il n’y a pas du tout de la haine, il n’y a pas du tout de volonté délibérée de nuire à qui que ce soit, je pose concrètement un certain nombre de questions, par exemple, sur l’utilisation chimique, je m’intéresse à un spécialiste de la chimie et je lui demande sur l’utilisation d’un gaz, par exemple, qu’on appelle le Zykon B. [sic], moi, je considère que d’un point de vue technique il est impossible, je dis bien impossible de l’utiliser dans des (…) exterminations de masse » .

La mémoire courte

Jean-François Jalkh, contacté par Le Monde affirme n’avoir aucun souvenir de cette interview qui a pourtant durée trois heures : « C’est la première fois que j’entends ce genre de conneries-là, je n’ai aucun souvenir de ça. Peut-être que j’ai donné une interview mais ce ne sont pas mes sujets de prédilection » . Magali Boumaza, actuellement en Turquie, confirme pourtant être en possession en France d’enregistrements et retranscriptions de l’échange avec le député européen. De plus, il a été publié dans la revue académique Le Temps des savoirs en 2005.

Déjà mis en examen dans l’affaire « Jeanne »

Le fidèle du FN avait déjà été mis en examen dans l’affaire « Jeanne » en 2015, comme plusieurs autres membres du parti comme Frédéric Chatillon. Dans le cadre de l’enquête sur le financement de campagnes du FN, la justice s’était penchée sur la nature de ses activités comme secrétaire général de « Jeanne » , le micro-parti de Marine Le Pen et soupçonnait un « système d’enrichissement frauduleux » mis en place via la société Riwal, qui aurait remboursé les frais de campagne par des surfacturations au préjudice de l’Etat.

 Visuel : © CC/Wikipédia Polomartini

Lang demande à Mélenchon de voter Macron au second tour
Putain 10 ans … C’est l’anniversaire de Born bad records
Laetitia Zicavo

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *