Françoise Nyssen de retour sur ses terres d’Arles

7 juillet 2017 Par
Gaspard de Florival
| 0 commentaires

La ministre de la culture inaugurait le 3 juillet les 48e Rencontres de la photographie. 

plowy_-_francoise_nyssen

Retour aux sources pour la ministre de la culture Françoise Nyssen. L’ex-présidente et fondatrice des éditions arlésiennes Actes Sud a inauguré les 48e Rencontres de la photographie d’Arles, le plus grand festival de photographie du monde. Très appréciée dans la région, elle a été copieusement applaudie. Pour beaucoup, elle est un symbole de réussite et une fierté régionale.

Malgré un agenda réglé comme du papier à musique (Congrès à Versailles oblige), Françoise Nyssen a pris le temps de découvrir trois expositions notamment la très touchante «Iran, année 38» en l’Eglise Sainte-Anne où des artistes iraniens témoignent en images de l’état de leur pays ravagé par la guerre. 

Sam Stourdzé, le directeur du festival avait bien fait les choses pour accueillir l’enfant du pays. Etaient présents Hervé Schiavetti, le maire d’Arles qui n’a pas manqué de saluer «Françoise Nyssen dont la délégation ministérielle est un honneur pour Arles, pour la ville, pour les Rencontres». Pour témoigner de l’ouverture sur le monde du festival, le grand duché du Luxembourg ainsi que l’ambassadeur de Colombie, représentants de deux pays à l’honneur dans le programme 2017, étaient aussi dans l’assemblée pour l’inauguration.

A la tribune, Françoise Nyssen admet être redevable à la ville antique des Bouches-du-Rhône  “C’est grâce à Arles que je suis ministre de la Culture”. Une déclaration qui s’apparente à un sincère remerciement pour l’accueil qu’elle vient de recevoir. La ministre de poursuivre « C’est un grand honneur pour la France d’abriter cette manifestation, où s’expriment deux forces : l’importance de la territorialité et la coopération entre l’équipe organisatrice et ses partenaires publics et privés ». Par ailleurs, elle salue le poids important donné à la jeunesse dans la politique du festival et insiste sur le fait que l’éducation à l’image sera un axe fort de sa politique. Aussi, la ministre a annoncé la qu’elle avait pour dessein de créer à Arles une structure pour la conservation de la photographie qui ferait intervenir des acteurs locaux comme le festival et Sam Stourdzé. Un juste retour des choses en somme.

Après le congrès de Versailles, Françoise Nyssen a poursuivi hier soir le bal des inaugurations. Elle était présente au Festival d’Avignon à la Cour d’honneur du palais des papes pour voir la mise en scène très zen d »Antigone » par le japonais Satoshi Miyagi. Elle devrait aujourd’hui rencontrer Pierre Beffeyte, le nouveau président d’Avignon, Festival & Compagnies, association qui coordonne depuis 2006 le festival OFF.

Visuel: © Vikipedi