Décès de Dorothy Malone, icône du cinéma nord-américain

25 janvier 2018 Par
Ines Guillemot
| 0 commentaires

Dorothy Malone s’est éteinte vendredi 19 janvier à Dallas, à l’âge de 93 ans. Symbole du cinéma américain d’après-guerre, l’actrice avait été oscarisée en 1957 pour son rôle dans Écrit sur du vent, de Douglas Sirk.

dorothy-malone-395778_960_720

Réputée pour ses rôles sensuels, Dorothy Malone a connu un succès fluctuant mais toujours remarquable. Entre son premier et son dernier tournage, près de 50 ans se sont écoulés, et avec eux, pas moins d’un Oscar, trois nominations aux Golden Globes, et plus de 400 épisodes parus sur le petit écran, dans la série Peyton Place.

Née à Chicago en 1924, la jeune femme grandit à Dallas, où elle se découvre une passion pour le cinéma et le théâtre. Repérée en 1943, elle débute une carrière d’actrice, collabore avec la compagnie RKO, puis avec la Warner Bros. Alors qu’elle n’a que vingt-deux ans, Dorothy Eloise Maloney connaît son premier succès dans Le Grand Sommeil (The Big Sleep) de Howard Hawks, où elle incarne la mystérieuse Vivian — un second rôle aux côtés de Humphrey Bogart et de Lauren Bacall. La carrière de Dorothy Malone est lancée.

Repérée par le cinéaste Raoul Walsh dans les années 1950, la jeune femme se révèle dans ses premiers rôles principaux, dans les films : One Sunday Afternoon, La fille du désert, et Le cri de la victoire. Respectivement une romance musicale, un western, et un drame. À l’aise dans tous les genres, Dorothy Malone se fond dans le paysage hollywoodien de l’époque avec le film Young at Heart, où elle se teint en blonde platine à l’image de Marilyn Monroe et des emblématiques pins-up de l’époque.

En 1957, c’est la consécration pour l’actrice. Remarquée aux Oscars pour sa performance dans Écrit sur du vent de Douglas Sirk — où elle incarne Marylee Hadley, une jeune héritière texane nymphomane — Dorothy Malone est sacrée meilleure actrice pour un second rôle.

Malheureusement, il s’agira d’un de ses derniers succès sur grand écran. Victime de la « malédiction des Oscars », l’actrice connaît ses derniers succès sur le petit écran, dans la série Peyton Place. Elle joue ses deux derniers grands rôles au cinéma en 1961 dans El Perdido, puis en 1992, dans Basic Instinct, de Paul Verhoeven, avant de mettre un point final à sa carrière d’actrice.

Visuel: CC© Skeeze