People

Yann Moix, le plaidoyer pathétique

16 février 2010 | PAR Ariane Lecointre

Le méchant Facebook à supprimé la page du pauvre Yann Moix. L’auteur s’insurge, se scandalise, éructe, ses 3 300 amis ont perdu un grand homme.

Lettre ouverte de l’auteur, réalisateur et polémiste sur le site « Littérature, philosophie, politique, art », La Règle du jeu. Yann Moix relaie le scandale de l’administration Facebook qui a supprimé sa page : «c’est ignoble pour mes 3 300 amis, qui ne peuvent plus communiquer avec moi ». L’acte est vilain en effet, et Yann Moix, qui se revendique «polanskiste», prétend que «Facebook pratique le délit de sale gueule». Le réseau social a supprimé et supprimera toujours des profils qui sont douteux, et le doute peut porter sur n’importe quel citoyen blanc comme neige. Rien ne prouve que le profil de Yann Moix ait été éradiqué, selon ses propos, par «haine des penseurs, des artistes et des intellectuels.» Cette sortie de M. Moix témoigne en revanche du besoin qu’a ce penseur de se justifier et de gagner sa légitimité. Selon lui, Facebook aurait supprimé sa page car il avait qualifié la Suisse de «sale pute» après l’arrestation de Roman Polanski.C’est trop injuste.
Certains passages de La Meute ont été lus lors de l’émission de Laurent Ruquier « On n’est pas couché » du samedi 13 février. Yann Moix se plaint d’être livré «aux chiens de la Meute», clin d’œil astucieux à son ouvrage à paraître sur Polanski, artiste auquel il s’apparente de plus en plus. Dans ce touchant plaidoyer, il dit être «le premier artiste français, le premier écrivain du monde a être excommunié d’une société virtuelle ouverte à tout le monde».  La lutte de Yann Moix contre la censure est claire, il était temps qu’un homme de cette trempe se constitue en héraut de ce combat. Rien n’est excessif, tous les termes employés par l’auteur sont vibrants de justesse.
A bout de souffle, Yann Moix trouve tout de même : « [de] la force, de l’énergie, de la conviction, de l’intelligence et des avocats. Le combat commence aujourd’hui. Ceux qui voudront me soutenir sont les bienvenus. »

Du son dans les feuilles annulé, place à un concert exceptionnel
Le film choral, un genre qui grimpe
Ariane Lecointre

7 thoughts on “Yann Moix, le plaidoyer pathétique”

Commentaire(s)

  • Naria

    Informé vous mieux avant d’écrire… Pfff ce n’est pas du à son passage chez Ruquier et cette histoire date de fin janvier. Vive le « journalisme »

    février 16, 2010 at 13 h 05 min
  • Popeye

    Article pathétique!!!!!! C’est vrai, informez-vous avant d’ écrire n’importe quoi, ça date de fin janvier/début fevrier. La « boite à sortie » en différé mdr

    février 16, 2010 at 13 h 10 min
  • Popeye

    C’est bien vous avez changé votre article.

    février 16, 2010 at 17 h 05 min
  • Affreujojo

    Je vous cite: Rien n’est excessif,tout les termes employés par l’auteur sont justes etc etc….Alors si la Suisse est une pute et que ce n’est pas excessif, si je dis que vous êtes une coconne ce n’est pas excessif non plus n’est-ce pas ?

    février 16, 2010 at 21 h 39 min
  • Ariane

    vous vous doutez bien, au ton de mon article, que je trouve précisément que M. Moix est excessif, et que je suis ironique… Je vous prie de croire que le coconne est excessif

    février 17, 2010 at 10 h 17 min
  • Behappy65

    Yann Moix et ses propos sont juste pathétiques.. pourquoi accorder tant de prix à une agressivité débile de principe ?

    On peut penser ce que l’on veut des actions judiciaires du gouvernement Suisse, qu’il est trop appliqué ou bien trop lent.. peu importe.. il ne faudrait tout de même pas oublier que ce qui en a découlé n’est que le fruit d’une libido pas assez sélective, n’en déplaise à ceux qui s’insurgent !

    La réalité n’enlève toutefois rien au prodigieux talent de la personne poursuivie par l’Amérique (et non pas la Suisse), et qui n’a d’ailleurs JAMAIS été remise en question.

    Bref.. tout ca pour dire que l’affaire Moix, on en a soupé.. et qu’il y a des sujets bien plus intéressants pour lesquels se mobiliser !

    février 17, 2010 at 10 h 35 min
  • SALTINI

    Je peux comprendre le coup de gueule à propos de Polanski, d’ailleurs je ne comprend pas vraiement l’intérêt des autorités suisses dans cette affaire, mais néanmoins ce Français ferait bien de relire l’histoire de son pays avant de s’acharner sur un autre.

    février 18, 2010 at 11 h 20 min

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *