Mode
Ventes privées : astuces et compétences requises

Ventes privées : astuces et compétences requises

14 mai 2013 | PAR Mariska Konkoly

image vente priveeImaginez un monde merveilleux et bradé où défilent vos marques phares et fétiches qui toujours vous attiraient sans jamais vous appartenir. A bas la méchante frustration et ces heures perdues à rêver, la vente privée exauce nos souhaits et nourrit nos désirs de style. Seul bémol, une liste réduite de privilégiés et souvent une foule démotivante, alors comment faire pour accéder au bonheur ?

1. Sur invitation. Avec son videur à l’entrée, il est obligatoire de montrer patte blanche pour pénétrer dans la vente privée. Pour se faire, de nombreux sites vous proposent d’accéder aux doux privilèges comme My Little Paris. Si vous êtes un accro du « social network » sachez que les Facebook et autres Twitter regorgent de ce genre d’invitations, car bien souvent les amis de vos amis de vos amis sont conviés… Une source d’informations à suivre de près.

2. Bien équipé. La vente privée, c’est de la stratégie, de la tactique. On privilégie la pochette en bandoulière voire même la banane avec clés en main : son invitation, sa carte d’identité, sa carte bleue, du liquide et son chéquier. Chaque vente privée à sa grammaire, l’une se conjugue en liquide, l’autre en signature alors pour éviter d’être pris au dépourvu, il vaut mieux être armé !

3. Heure de pointe. Afin d’éviter la bousculade agoraphobe, deux options se présentent à vous. Premièrement : c’est la marque de votre VIE, et pour se faire rien de tel que le pied de grue une heure avant l’ouverture avec bouteille d’eau et roman. Deuxièmement : c’est la marque que vous AIMEZ mais pas de panique, on s’y rend tranquillement en heures creuses, comprenez 15h de l’après-midi hors pause dej’ et en pleine semaine. Les week-ends sont à proscrire !

NB : La vente privée Sandro s’ouvre aujourd’hui, des prix intéressants et une foule mitigée jusqu’au 18 mai, nocturne jusqu’à 22h le jeudi. Go !

Visuel (c): DR

Tannhäuser version nazie, une relecture qui vire au drame
La A.Galerie invite Patrick Demarchelier, une exposition nommée Désire…
Mariska Konkoly

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture