Mode

Revue masculine de la Fashion Week de Paris Automne-Hiver 2015-2016

Revue masculine de la Fashion Week de Paris Automne-Hiver 2015-2016

26 janvier 2015 | PAR Mariska Konkoly

Du très sixties qui relance le port du col roulé vu chez Maison Martin Margiela et chez Dries Van Noten mais pas que ; les héros masqués du dark chez Givenchy, des silhouettes sur-découpées chez Rick Owens ou encore des dandies en velours monarchique all over chez Balmain etDior encensé par Karl Lagerfeld… La Fashion Week Homme de Paris Automne-Hiver 2015-2016 s’est clôturée ce dimanche par un défilé Yves Saint Laurent ultra-rock, retour sur les tendances au masculin, lancées pour l’hiver prochain.

Défiles Dries Van Noten, Dior; AMI Automne-Hiver 2015-2016.
Défiles Dries Van Noten, Dior; AMI Automne-Hiver 2015-2016.

Le maître inconditionnel du « perfect coat » alias Christophe Lemaire inaugure la semaine de la mode au son des lignes minimalistes maîtrisées en camaïeux justement dosés pour ses messieurs. Du gris, du taupe et des beiges nuancés en manifeste, criant d’une tellement chic sobriété, mesurée avec élégance et succès. Chez Raf Simons défilent des étudiants sixties en vestes longues qui se passeraient bien de manches pour l’hiver, rebelles du lycée qui renouent avec le skai et le col roulé moutarde, les trenchs et les petits carreaux joliment psychédéliques.

Vague seventies pour l’homme Valentino aux lignes précises et aux découpes géométriques, un color block qui se baigne dans des bleus ciel et des bordeaux affolants, des cirés pour le mauvais temps signant savamment le point, la ligne et le carré, la poche de cuir sur le torse en accessoire retrouvé. Chez Margiela, où le col roulé est aussi maître de cérémonie, on adhère au rouge en touche éclatante qui contraste avec les cuirs portés près du corps. De gris vêtu l’année prochaine tu seras l’hymne porté par Lanvin, l’homme dessiné par Alber Elbaz aime le tweed et la laine pour une silhouette habillée de monochrome aux découpes minimalistes. Chez Louis Vuitton, du contraste à la fois baroque et graphique pour des végétaux signés de noir qui semblent s’approprier les duffle-coat (en grand retour), les vestes et les garçons aux allures si sages. On se couvre chez Damir Doma, et la femme devient jalouse de ses manteaux extra-larges et de ces châles géants, de la couleur pop aussi et ce jaune en mascotte qui tranche habilement avec les neutres.

Défilés Kenzo, Louis Vuitton Automne-Hiver 2015-2016.
Défilés Kenzo, Louis Vuitton Automne-Hiver 2015-2016.

Chez Julien David, c’est le Casual City Man qui a défilé, lunettes de ski polarisées assorties au short obligatoire et à la barbe de trois jours, du M. Smith version Matrix, oreillette et three pieces suit décalés, rehaussés de parkas XXL et de casquettes pour braver le froid. Du street excentrique  chez Andreas Crews qui replonge dans les années 90 avec des bombers Scotch en version surdimensionnée, imprimés et matelassés vont de pair avec ces pantalons futuristes en néoprène  et colorama aluminium pour le plaisir ! Retrouvé également chez Kenzo qui a initié comme à son habitude la couleur et l’imprimé en parcimonie ou en total look, détourne les logos et brandit le orange en nouvelle tendance.

Sur une reprise merveilleusement nostalgique de The Ronettes, Dries Van Noten a donné le ton d’un Be My Baby aux imprimés qui viennent de loin et pour cause un vent de l’Est a soufflé sur les manteaux Kazakh’, les broderies de Sept ans au Tibet, et les soieries à même la peau couverte de lourds manteaux pour braver l’Himalaya. La guerre des étoiles n’aura pas lieu chez Phillip Lim qui renoue avec le décor lunaire de Star Wars, des cosmonautes au veston harnaché, des matières brutes et des sweats floqués « Jupiter » pour des voyages d’hiver célestes. Plongeon victorien chez Dior, encensé par Karl Largerfeld, Kris Van Assche signe « Cette collection explore les figures de l’élégance contemporaine », de la queue-de-pie très 19ème alliée aux silhouettes sportswear qui explorent de nouveaux codes. Chez Balmain, c’est un velours royal qui a habillé pour de parfaits complets les silhouettes d’Olivier Rousteing, brodés de pierreries, matelassés de diamants.

damirdoma phillip lim
Défilés Damir Doma et 3.1 Phillip Lim Automne-Hiver 2015-2016.

L’Homme rock de cette fashion week n’est pas en reste non plus, chez Givenchy c’est même le red carpet  (pailleté!) qui lui a été déroulé : des masques de la mort en costume et des princes zombies en total black. Pour Rick Owens, qui a fait parler de lui en ces jours masculins, ce sont des lignes déstructurées et découvertes qui ont signé l’univers du créateur. Chez Alexandre Mattiussi alias la griffe AMI, c’est l’homme de demain qui se donne à voir : des pièces délicieusement unisexes à l’univers très parisien, des jeans tailles hautes qui dansent avec les longs manteaux en capuche, des cols zippés et des looks élégamment décontractés. En cérémonie de clôture de cette semaine masculine, la bande du Drugstore s’est rendue au défilé Yves Saint Laurent, lunettes noires, silhouettes androgynes et cravates ultra-slim, perfecto, chemises à pois  et même fourrure zébrée ont rythmé ce dernier défilé.

 Visuels (c) : Grégoire Avenel pour AMI. Drien Van Noten, Dior, Kenzo, Damir Doma, 3.1 Philip Lim.

 

L’agenda culture de la semaine du 26 janvier
« Red Eyes Sword : Akame ga kill !  » tome 1 : Sin City
Mariska Konkoly

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *