Mangas
« Red Eyes Sword : Akame ga kill !  » tome 1 : Sin City

« Red Eyes Sword : Akame ga kill !  » tome 1 : Sin City

26 janvier 2015 | PAR Sandra Bernard

Fin 2014, les éditions Kurokawa ont sorti en grande pompe leur nouvelle licence seinen Red Eyes Sword : Akame ga kill de Takahiro (dessin) et Tetsuya Tashiro (scénario). Une série impitoyable sur une bande d’assassins-justiciers dans une ville rongée par le vice.

[rating=3]

red-eyes-sword-t1Tatsumi est un jeune et vaillant campagnard rêvant d’entrer dans l’armée pour faire fortune et aider son village natal. Hélas, la capitale est bien loin de l’El Dorado tant espéré. Séparé de ses deux amis, il se fait dépouiller par une jolie arnaqueuse avant de rencontrer une famille de nobles qui, sous des dehors sympathiques, s’avèrent monstrueux. Il n’est alors sauvé d’un sort funeste que par l’intervention musclée des Night Raid, des assassins « redresseurs de torts ». Un choix s’offre alors à lui, devenir assassin à leur côté ou disparaître.

Suivant un schéma narratif relativement classique, les auteurs entraînent le lecteur dans un monde sombre où les instincts les plus vils des puissants s’abattent sans retenue sur le peuple, poussant le pays à la ruine.

Les personnages sont relativement stéréotypés : le héros gaillard mais naïf, la fine lame silencieuse, l’extravagante et plantureuse voleuse, etc. Reste à voir comment ils vont évoluer dans les tomes suivants.

Ceci étant dit, l’ensemble est tout à fait correct. L’on apprécie également que les auteurs ne surjouent pas la carte du gore très en vogue ou du fan service.

Informations pratiques :

Takahiro (dessin) et Tetsuya Tashiro (scénario), Red Eyes Sword/Akame Ga Kill !, Kurokawa, Date de parution : 11 Septembre 2014, Nombre de pages : 256 p., Dimensions : 128 x 182 mm

Visuel : Couverture de l’ouvrage

Revue masculine de la Fashion Week de Paris Automne-Hiver 2015-2016
José Artur, mort d’une icone pop
Sandra Bernard
A étudié à l'Université Paris Ouest Nanterre la Défense l'Histoire et l'Histoire de l'Art. Après deux licences dans ces deux disciplines et un master recherche d'histoire médiévale spécialité histoire de l'Art dont le sujet s'intitulait "La représentation du costume dans la peinture française ayant pour sujet le haut Moyen Âge" Sandra a intégré un master professionnel d'histoire de l'Art : Médiation culturelle, Patrimoine et Numérique et terminé un mémoire sur "Les politiques culturelles communales actuelles en Île-de-France pour la mise en valeur du patrimoine bâti historique : le cas des communes de Sucy-en-Brie et de Saint-Denis". Ses centres d'intérêts sont multiples : culture asiatique (sous presque toutes ses formes), Histoire, Histoire de l'Art, l'art en général, les nouveaux médias, l'art des jardins et aussi la mode et la beauté. Contact : sandra[at]toutelaculture.com

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture