Mode
Maison Lejaby printemps-été 2015 : des collections de haute lingerie sous le signe des 7 pêchés capitaux

Maison Lejaby printemps-été 2015 : des collections de haute lingerie sous le signe des 7 pêchés capitaux

25 novembre 2014 | PAR Sandra Bernard

Deux ans après un passage plus que difficile, la Maison Lejaby s’apprête à souffler ses 130 bougies avec panache et propose pour ses trois lignes : couture, premium et élixir, des pièces emblématiques et des nouveautés conçues autour des sept pêchés capitaux. 

Le phénix Lejaby, fort de sa longue expertise dans les domaines de la corseterie et du bain et épaulé par ses fournisseurs haut de gamme, propose, pour sa collection printemps été 2015, non seulement de nouveaux coloris, mais surtout des innovations techniques des plus intéressantes. Aux côtés d’Inter-spitzen, voici la guipure moulée pour bonnets coquets et, avec Liebaert, c’est la maille qui change de dimension, se faisant toujours plus discrète, fluide et douce grâce à un nouveau procédé de tissage dit nano-stitch.

Les broderies et la maille soyeuse s’acoquinent avec la dentelle de Calais de la prestigieuse maison Noyon pour donner vie à des modèles alliant élégance et sophistication à la française. Joyau de la Maison Lejaby, la collection couture propose des modèles sur-mesure (jusqu’au bonnet D) entièrement réalisés à la main par les corsetières chevronnées. Comptez dix jours et une jolie somme (SG à partir de 160€) pour vous offrir une parure d’exception.

Les collections premium et élixir (nouvellement créée) développent une large gamme de bandeaux, balconnets, corbeilles, triangles, coques, etc… mais également des bodys (qui font un retour remarqué) et des maillots de bains soit unis, soit à motifs floraux ou animaliers. Pour cette collection, on admire le travail des drapés, les incrustations de dentelle sur tulle, les guipures raffinées dans des coloris intemporels comme le blanc et le noir ou le « nude » revisité, très présent cette année. La collection élixir propose des dessous allant jusqu’au H. Cette ligne a en effet été créée afin de répondre à la nouvelle morphologie des françaises mise en lumière dans les dernières études. Le bonnet moyen étant passé au D, il n’y a plus de raison que les poitrines généreuses doivent sacrifier soit le confort, soit le sexy. L’on s’étonne à ce propos du modèle « L’attrape cœur » tout en finesse et en glamour, mais pourtant destiné aux bonnets C et plus. Du côté de la ligne Premium, « Ankara » et sa guipure moulée ne cessent de surprendre. Un vent de fraîcheur fleurie souffle sur les dessous avec Plaisir Floral, inspiré de la fameuse ligne Gipsy des années 1990.

Les bodys et caracos des différentes lignes jouent sur le dessous-dessus, ou comment glamouriser une tenue casual ou sublimer une tenue de soirée. L’on remarque tout particulièrement le body « Théodora » avec son drapé croisé devant et ses manches en dentelle.

Du côté des maillots de bain, tant les une pièce que les bikinis proposent des modèles avantageux pour les silhouettes avec bon nombre de maintiens cerclés, des bonnets emboîtants, le tout réalisé dans des tissus Lycra résistants et galbants. Les une pièce proposent des dos creusés sensuels. Mention spéciale au nageur V du modèle « étincelante » (élixir) dont les lignes sont à la fois élégantes et sculptantes. Du côté de la collection bain premium, l’intérêt se porte sur les modèles « Paresse animale » qui, grâce à des coutures fourreau, sont réversibles, offrant pour les deux pièces des possibilités d’arborer des pièces « Mix and match ». Pour un bronzage optimal, on se tournera vers les modèles « Luxure d’été » et leurs bretelles ajustables. Pour chaque modèle, il existe un paréo associé.

Informations pratiques :

Collections couture, premium et élixir printemps-été 2015, Maison Lejaby

Visuels : © Sandra BERNARD

American Music Awards édition 2014: les gagnants sont annoncés
Rétrospective Jeff Koons à Beaubourg : une mécanique si bien huilée
Sandra Bernard
A étudié à l'Université Paris Ouest Nanterre la Défense l'Histoire et l'Histoire de l'Art. Après deux licences dans ces deux disciplines et un master recherche d'histoire médiévale spécialité histoire de l'Art dont le sujet s'intitulait "La représentation du costume dans la peinture française ayant pour sujet le haut Moyen Âge" Sandra a intégré un master professionnel d'histoire de l'Art : Médiation culturelle, Patrimoine et Numérique et terminé un mémoire sur "Les politiques culturelles communales actuelles en Île-de-France pour la mise en valeur du patrimoine bâti historique : le cas des communes de Sucy-en-Brie et de Saint-Denis". Ses centres d'intérêts sont multiples : culture asiatique (sous presque toutes ses formes), Histoire, Histoire de l'Art, l'art en général, les nouveaux médias, l'art des jardins et aussi la mode et la beauté. Contact : sandra[at]toutelaculture.com

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture