Mode
Lancement de la Kate Moss Agency, « La Brindille » en quête d’héritières

Lancement de la Kate Moss Agency, « La Brindille » en quête d’héritières

26 septembre 2016 | PAR Charles Filhine-Trésarrieu

L‘agence de Kate Moss entre dans la lumière en ce début d’automne. Le supermodel déclare rechercher des gens singuliers, des personnes au tempérament de futures stars plutôt que de simples plastiques parfaites.

Faire partie de la dizaine de supermodels hyper-médiatisés des années 1990, continuer à alimenter les fantasmes vingt ans après et avoir su être la seule de ces femmes à rester active dans le milieu de la mode ne lui suffit pas : Kate Moss en veut toujours plus. A 42 ans, l’ex-super star des podiums continue de soumettre son destin exceptionnel à sa seule volonté. C’est maintenant officiel, elle a lancé ce mois de septembre sa propre agence de mannequinat : la Kate Moss Agency.

Elle a décidé de l’annoncer dans l’édition spéciale du mois d’octobre de Business Of Fashion. Dans les colonnes du journal elle déclare : « Vous connaissez ce film Femme de rêve ? Faye Dunaway joue un agent. Je pourrais tellement faire ça ! Mais je veux plutôt me concentrer sur le fait d’accompagner des personnes dans leur carrière que de simplement diriger une agence de mannequinat. Je ne veux pas forcément de belles personnes, je veux des gens qui veulent chanter et danser et jouer la comédie – Je veux créer des stars. »

Aujourd’hui on comprend mieux pourquoi Kate Moss a décidé un peu plus tôt cette année de quitter l’agence Storm, institution qui l’avait recruté en 1988 et qui lui avait permis d’accéder à la gloire, à qui elle était restée fidèle jusque là. Une des questions qui reste en suspens est alors de savoir : quand sa demi-soeur, Lottie Moss, âgée de 18 ans, va-t-elle à son tour quitter Storm pour rejoindre la Kate Moss Agency ? Dans tous les cas le supermodel sait encore faire le buzz et maitrise parfaitement sa communication : à ce jour le compte instagram de l’agence n’a publié que huit photos en une semaine d’existence mais comptabilise déjà plus de 530 000 abonnés.

Visuel : © Capture d’écran du site katemossagency.com

Excellents résultats pour « Quotidien » de Yann Barthès
« Five Kings » : une épopée shakespearienne, québécoise et ouverte aux Francophonies en Limousin
Charles Filhine-Trésarrieu

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *