Le Buzz
Un cri de Munch surclasse un nu de Picasso

Un cri de Munch surclasse un nu de Picasso

03 mai 2012 | PAR Sarah Barry

C’est un record dans l’histoire des ventes aux enchères d’oeuvres d’art : une version du Cri d’Edvard Munch vient d’être vendue près de 120 millions de dollars à New York, par le biais de la maison Sotheby’s. Quand la culture s’efface devant les chiffres …

Au bout de deux minutes, l’enchère a déjà atteint les 52 millions de dollars. Sept acheteurs du monde entier s’affrontent, franchissant une décade de millions en à peine une minute. Dans l’assistance, certains sont accrochés à leur combiné, d’autres prennent des photos du tableau, à défaut de pouvoir se l’offrir. L’atmosphère demeure sympathique, le commissaire priseur plaisante tandis que le rythme des offres ralentit : « à 99 millions de dollars, j’ai tout le temps du monde ». Puis finalement l’oeuvre est adjugée à un acquéreur encore inconnu pour la somme de 107 millions de dollars. En comptant les frais de vente, on atteint les 119,92 millions, lâchés en 12 minutes. Un record qui détrône le Nu au plateau de sculpteur de Pablo Picasso, vendu en mai 2010 chez Christie’s pour la somme de 106,4 millions de dollars, en tenant compte des frais.

Edvard Munch (1863-1944), peintre et graveur norvégien, connaît dans sa jeunesse des deuils tragiques qui imprègnent son oeuvre d’une certaine angoisse de la mort, d’un mal de vivre. Cette anixiété est traduite dans sa peinture par des choix iconographiques sombres et une réalité déformée. Il est ainsi l’un des précurseurs de l’expressionnisme, mouvement artistique qui se déploie de la fin du XIXème siècle à 1925, notamment en Allemagne. Il réalise quatre versions du Cri entre 1893 et 1910 ; l’une est aujourd’hui conservée à la galerie nationale d’Oslo, les deux autres au musée Munch.

La quatrième version, un pastel réalisé en 1895, appartenait à Petter Olsen, homme d’affaires norvégien dont la famille était propriétaire de l’oeuvre depuis 70 ans. En effet son père, Thomas, était un ami et protecteur du peintre. Petter Olsen se dit très satisfait de cette vente et fait l’éloge de l’oeuvre : « le Cri montre pour moi le moment effrayant où l’homme réalise son impact sur la nature, et les changements irréversibles qu’il a initiés, rendant cette planète de plus en plus inhabitable. » Il affirme par ailleurs que la somme gagnée servira à la construction d’un nouveau musée consacré à Edvard Munch dans son pays d’origine.

La vente du 2 mai 2012 sacralise définitivement une oeuvre qui jouissait déjà d’un grand prestige. On ne compte plus les prolongements commerciaux ou artistiques qui la valorisent : calendriers, tee-shirts et autres produits dérivés ; mais aussi récupérations cinématographiques, comme dans Scream ou dans L’Etrange Noël de Monsieur Jack ; apparitions dans des dessins-animés, comme Les Simpsons, Les Looney Tunes ou Persepolis ; transcriptions en bande-dessinée, musique, littérature, etc. Et finalement, on n’est pas loin désormais de donner raison à ceux qui disent du Cri qu’il est le tableau le plus connu après La Joconde.

 

Visuel : (c) AFP / SOTHEBY’S

Interview de Roman Rappak, le chanteur de Breton
Bons Plans du long weekend du 4 au 8 mai
Sarah Barry

3 thoughts on “Un cri de Munch surclasse un nu de Picasso”

Commentaire(s)

    Publier un commentaire

    Votre adresse email ne sera pas publiée.

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *