Le Buzz
Beckham : nouvelle réflexion de Nicolas Winding Refn

Beckham : nouvelle réflexion de Nicolas Winding Refn

24 janvier 2014 | PAR Geoffrey Nabavian

Sujet : les fesses de David Beckham. Professeur-surveillant : la marque H&M. Délai : une minute et quarante secondes. Copie à rendre pour : le 2 février 2014, pendant le Super Bowl américain. Retenez bien : toute communication au public de l’objet est interdite avant le lundi 27 janvier. Pas de problème pour un professionnel de l’objet caméra comme le danois Nicolas Winding Refn. Pour cette nouvelle publicité, qui devait être un « film d’action », un « très gros budget » a été alloué au réalisateur de Drive et Bronson. Qu’en a-t-il fait ? Pari : de la réflexion sur lui-même, et sur l’art.

Only God ForgivesNicolas Winding Refn n’est pas quelqu’un qui donne l’impression de travailler pour de l’argent. « Il a signé le succès Drive en 2011 », me direz-vous. « Avec le beau Ryan Gosling », ajoutera une entité féminine en présence. Que répondre ? « Regardez donc, si vous l’osez, Only God forgives, film de 2013 ». Inertie totale du scénario, violence extrême des scènes, Thaïlande pas glamour pour deux sous. Et rôle absurde, tête à claque et mou attribué au beau Ryan, qui, mais oui mesdames, se retrouve manchot. On n’apprivoise pas un danois cinéaste. Winding Refn en est une preuve, parmi d’autres.

Voici que la marque H&M lui confie un film publicitaire à tourner. But : faire la promotion de la nouvelle collection de sous-vêtements « David Beckham Bodywear ». Le joueur de foot, à la retraite depuis mai dernier, sera bien entendu de la partie. Peu vêtu. Sur un toit. Et au centre d’un « film d’action », l’une des spécialités de Nicolas Winding Refn. Un gros budget est alloué. Premier dévoilement : lundi qui vient… Va-t-on se retrouver face à un objet clinquant et bêtement promotionnel ?

Que nenni a priori, si l’on connaît la personnalité de celui qui tient l’objectif. C’est que c’est un artiste, un vrai, Nicolas. Et comme tout artiste qui pratique son art avec passion, il aime à parler de lui à travers ce qu’il tourne. Il n’hésite pas à faire part de ce versant de son œuvre lors de ses entretiens. On peut prendre une grande partie de ses films comme des autoportraits : le sublime Bronson (2009), qui révéla Tom Hardy, apparaîtrait ainsi comme une quête d’absolu, une interrogation d’artiste sur le grand-œuvre qu’il cherche à créer ; Drive comme une quête de sens, de direction artistique ; Only God forgives, comme une quête d’échappatoire ; et avant eux, le superbe Pusher n°3, comme une quête de stabilité, avec son personnage de mafieux de Copenhague, adepte de la saignée, qui ne demande qu’une chose à sa routine quotidienne (vente de drogue, menaces et blanchiment d’argent) : être à l’heure pour l’anniversaire de sa fille. Au Danemark, on ne dort pas tranquille. Surtout quand on est artiste.

David BeckhamElle sera donc intranquille, cette publicité. Mais pas tout à fait dans le sens escompté. Dans une vidéo d’une minute diffusée sur Internet, Nicolas Winding Refn parle de David Beckham comme d’une « incredible photogenic personnality », comme d’un « magnet ». Il l’admire pour ses cascades, qu’il effectue lui-même. Est-il fan, me direz-vous ? Eh non, il est bien trop égocentrique pour ça, Nicolas.

Il tourne un film publicitaire sur la fascination et le danger, réunis tous deux ici. Connaissant sa propension à parler de lui-même, on peut tout à fait penser que cette bande constituera, en creux, une réflexion. Qu’il réfléchira, à travers elle, sur elle. Sur le budget qui lui a été donné : « j’ai des moyens illimités, qu’est-ce que j’en fais ? » Fascination et danger. Sur sa star : « j’ai quelqu’un d’intouchable, j’aime mettre les acteurs en danger, que puis-je faire ? » Fascination et danger. Sur le public : « je vais lui donner Beckham, mais à quel prix ? est-il capable de le suivre envers et contre tout ? » Fascination et danger. Etat des lieux de l’intériorité d’un artiste. Beckham, une marque, de l’action, un grand réalisateur qui s’interroge sur ce qu’il tourne, et vous. N’est-ce pas un cocktail suprêmement excitant ? proposé en double, en plus : le lundi 27 janvier, rendez-vous sur le site de la marque pour choisir, entre deux versions, votre préférée. Réflexion, encore et toujours. Belle preuve que, au pays du prince Hamlet, elle ne s’arrête jamais.

http://youtu.be/r_eSgXfjUPw

Visuel: © affiche du film Only God forgives

Visuel: affiche pour la collection David Beckham Bodywear, 2013 © H&M

« Le Loup de Wall Street » dans l’espace
« L’émission pour tous » : Une plaisanterie de mauvais goût provoque un tollé sur le net
Geoffrey Nabavian
Parallèlement à ses études littéraires : prépa Lettres (hypokhâgne et khâgne) / Master 2 de Littératures françaises à Paris IV-Sorbonne, avec Mention Bien, Geoffrey Nabavian a suivi des formations dans la culture et l’art. Quatre ans de formation de comédien (Conservatoires, Cours Florent, stages avec Célie Pauthe, François Verret, Stanislas Nordey, Sandrine Lanno) ; stage avec Geneviève Dichamp et le Théâtre A. Dumas de Saint-Germain (rédacteur, aide programmation et relations extérieures) ; stage avec la compagnie théâtrale Ultima Chamada (Paris) : assistant mise en scène (Pour un oui ou pour un non, création 2013), chargé de communication et de production internationale. Il a rédigé deux mémoires, l'un sur la violence des spectacles à succès lors des Festivals d'Avignon 2010 à 2012, l'autre sur les adaptations anti-cinématographiques de textes littéraires français tournées par Danièle Huillet et Jean-Marie Straub. Il écrit désormais comme journaliste sur le théâtre contemporain et le cinéma, avec un goût pour faire découvrir des artistes moins connus du grand public. A ce titre, il couvre les festivals de Cannes, d'Avignon, et aussi l'Etrange Festival, les Francophonies en Limousin, l'Arras Film Festival. CONTACT : [email protected] / https://twitter.com/geoffreynabavia

One thought on “Beckham : nouvelle réflexion de Nicolas Winding Refn”

Commentaire(s)

    Publier un commentaire

    Votre adresse email ne sera pas publiée.

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *