Le Buzz

« L’émission pour tous » : Une plaisanterie de mauvais goût provoque un tollé sur le net

« L’émission pour tous » : Une plaisanterie de mauvais goût provoque un tollé sur le net

24 janvier 2014 | PAR Céline Duverne

En pleine « tourmente Dieudonné », l’humoriste Olivier de Benoist, invité de L’Emission pour tous sur France 2, défraye la chronique par une blague de très mauvais goût. Les réactions de soutien et d’hostilité se multiplient dans la presse et les réseaux sociaux, les sensibilités s’exacerbent et font resurgir un éternel débat : A-t-on le droit de rire de tout ?

l-emission-poir-tous-logo1

Controverse sur le net :

« Moi, Président de la République, je suis pour l’IVG. L’interruption de Valérie pour Gayet. En plus, prendre un scooter pour tirer, je n’ai rien inventé, Mohamed Merah le faisait déjà. » C’est en ces termes qu’Olivier de Benoist parodiait François Hollande mardi dernier, dans le cadre du nouveau divertissement présenté sur France 2 par l’inénarrable Laurent Ruquier.

Sur le moment, la plaisanterie, accueillie par une salve d’applaudissements, semble passer comme une lettre à la poste. Mais dès le lendemain matin, Patrick Cohen tire à boulet rouge sur l’intéressé, incluant dans sa vindicte le présentateur du programme : « On rit beaucoup chez Ruquier. On rit grassement. […] Le nec plus ultra pour un comique c’est de mélanger dans un même sketch plusieurs sujets d’actualité : Julie Gayet, François Hollande, l’avortement, Dieudonné, François Hollande, Julie Gayet, Mohamed Merah. Non, ils ont fait une blague sur un tueur d’enfant ? Oui ils l’ont fait… », s’insurge-t-il au micro de France Inter.

Depuis lors, les réactions sur le net se multiplient. D’aucuns relayent les propos de Patrick Cohen, d’autres relèvent sa participation en tant que chroniqueur à C à vous, diffusée sur France 5 dans la même tranche horaire. Sur Twitter, la tendance oscille entre l’appel à la réserve sur des sujets aussi sensibles que la tuerie de Toulouse, et le rejet d’un moralisme jugé outrancier.

S’engouffrant dans la brèche, Bruno Roger-Petit, chroniqueur au Nouvel Observateur, dénonce une entreprise de racolage télévisuel, au mépris de toute limite : « Comment peut-on, juste avant le 20 heures de Pujadas, traiter de l’actualité du jour dans une émission de divertissement de la manière la plus désinvolte qui soit, en repoussant, pour attirer les téléspectateurs […], toutes les limites de la transgression ? » Et de conclure que la ligne éditoriale choisie par France 2 semble épouser cet air du temps « qui consiste à ‘droitiser’ tout ce qui est télévisuel pour faire de l’audience, le tout sous prétexte de politiquement incorrect », et à promouvoir des personnalités extrémistes.

Un non-événement ?

L’humoriste en cause n’est pourtant pas réputé pour pratiquer ce type de frasque. Révélé en 2002 par sa participation au spectacle Modèle déposé de Benoît Poelvoorde, Olivier de Benoist s’exerce plutôt dans la veine des plaisanteries sexuelles, préférant aux controverses politiques le thème plus consensuel des relations homme/femme. Le gentleman, qui revendique son étiquette de « gendre impeccable », a d’ailleurs présenté des excuses publiques : « Cette phrase que je pensais drôle, était déplacée et de mauvais goût, je comprends qu’elle ait pu choquer certaines personnes, je m’en excuse sincèrement », peut-on lire sur son compte Facebook.

De son côté, France 2 fait profil bas. Il faut bien avouer qu’après seulement quatre jours de diffusion, l’Émission pour tous semble n’avoir pas vocation à faire dans la dentelle. Chaque soir de la semaine avant le traditionnel JT, Christine Bravo, Steevy Boulay et d’autres personnalités bien connues pour leur franc-parler se réunissent pour débattre avec le public sur des sujets d’actualité, dans une ambiance de café du commerce : « Avez-vous déjà vu un film avec Julie Gayet ? » ou encore « Trouvez-vous utile l’élection de Miss Ronde? », sujet débattu en présence de la dernière lauréate du prix, figurent parmi les thèmes abordés. Rien de très prometteur pour une émission qui affichait clairement son ambition de faire concurrence à C à vous d’Anne-Sophie Lapix et au Grand Journal d’Antoine de Caunes… Moins d’une semaine après la première diffusion, les critiques pleuvent et les audiences sont en chute libre : « Laurent Ruquier provoque le débat et l’ennui », titre même le Figaro.

On déplorera donc, avec Patrick Cohen, une tentative de racolage servie par une plaisanterie de très mauvais goût, à une heure de grande audience. Toutefois, gardons-nous d’inclure dans le même panier le dérapage ponctuel d’un Olivier de Benoist et des immondices autrement plus alarmantes, martelées en flot continu par Dieudonné, Alain Soral et leurs acolytes.

Visuels : © logo officiel de l’émission.

Beckham : nouvelle réflexion de Nicolas Winding Refn
Mac fête ses 30 ans !
Céline Duverne

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *