Jeux
Atlus signe son grand retour avec Persona5 Royal

Atlus signe son grand retour avec Persona5 Royal

12 mai 2020 | PAR Hakim Akcha

Le retour sur le devant de la scène d’Atlus  fait grand bruit suite à la sortie de Persona 5 Royal. Cette dernière édition de la licence phare est d’une qualité rare qui permet, sans nul doute, de la considérer comme le meilleur J-RPG de cette année. Toute La Culture vous donne son avis. 

Le 31 Mars dernier, malgré un confinement quasi-général, le studio d’édition et de distribution de jeux-vidéo japonais Atlus, annonçait la sortie d’une version améliorée de son titre, Persona 5 sorti en 2017, intitulée cette fois-ci ; Persona 5 Royal. Cette nouvelle édition de la licence s’est fait remarquer en Europe et plus particulièrement en France ou la communauté de joueurs.euses est ravie de retrouver l’ensemble des Phantom Thieves of Heart dans une version qui permet sans doute de qualifier le jeu de chef-d’œuvre et de le considérer comme un grand retour du J-RPG. 

Persona 5 Royal c’est une histoire où vous incarnez un lycéen dont le destin s’est arrêté suite à une agression durant laquelle vous avez tenté de protéger une personne d’un homme influent et puissant. Propulsé à Tokyo, vous intégrer une nouvelle maison dans le grenier d’un café et une nouvelle école où tou.te.s les élèves vous considèrent comme un criminel. Face aux injustices dont vous avez été témoin, obsédé par vos propres démons et désireux de prendre votre revanche sur les adultes et la société corrompus, vous vous éveillez à Arsène. Ce dernier est une Persona, une part de votre âme ; le masque qui cache vos véritables sentiments. Après nombres de péripéties, vous constituez les Phantom Thieves of Heart, un groupe de vengeurs.resses masqué.e.s qui tente de libérer la société japonaise de ses chaînes de soumission face à l’injustice et la corruption des adultes. 

Cette nouvelle édition de la licence est un véritable bijoux et représente un renouveau prometteur pour le genre du J-RPG. En effet, Atlus prend le parti de proposer de vivre la vie d’un lycéen incluant ainsi ses cours, ses rendez-vous amoureux, ses « arubaito » (petits boulots), ses activités, ses rencontres amicales, etc. Le jeu est d’une grande complexité dans la nécessité de s’organiser intelligemment entre vie lycéenne et vie secrète. En outre, l’ensemble des relations amicales, amoureuses et contractuelles à mener rend le jeu d’autant plus intéressant et fourni. Le quotidien, situation assez rare et unique dans le J-RPG, est très présent dans Persona 5 Royal et permet, par ailleurs, la découverte d’un Tokyo des plus réalistes. C’est donc un bon point et une note particulièrement originale apportée par Atlus.

Pourtant, même si l’organisation au quotidien de la vie de lycéen constitue une bonne partie du jeu, le cœur de l’action se situe dans les différents palais et du mémento – inconscient collectif – à infiltrer dans le but de voler le cœur – la source des désirs corrompus – des adultes pervertis par leurs péchés et par la société. L’ensemble de ces péripéties assurent le cœur de l’action et de l’aventure qui caractérise finalement assez bien le genre du J-RPG faisant ainsi de Persona 5 Royal un jeu à la fois atypique et très bien encré dans son monde. Par ailleurs, toujours en terme scénaristique, on ne peut que saluer la précision du jeu dans son effort et dans ses références au mythe du « gentleman cambrioleur » (c.f. Arsène le nom de la première persona) jusqu’à son antagonisme avec la figure du détective prodige. 

Pourtant, les J-RPG ne reposent pas uniquement sur leur qualité scénaristique. En effet, ces derniers reposent grandement sur les graphismes et la qualité du dessin des personnages ainsi que la puissance de l’ambiance fruit du travail de la lumière et des sons. Une nouvelle fois, c’est un sans faute pour Atlus. Persona 5 Royal est d’une rare qualité graphique, d’une précision époustouflante dans la texture, dans l’utilisation de la lumière et, bien-sûr, dans la bande originales. 

D’autre part, de manière plus pratique, le jeu est également une réussite. En effet, le gameplay y est particulièrement simple et accessible malgré un scénario qui peut paraître complexe de prime abord. L’ergonomie et la maniabilité sont, de plus, particulièrement appréciables qu’ils n’enlèvent rien au dynamisme de l’œuvre. Enfin, il semble important de saluer l’effort de localisation en français. Malgré quelques petites fautes de temps à autre durant le jeu, le succès des derniers titres et la présence de la langue française permet d’atteindre une nouvelle audience. 

En conclusion, Atlus avait déjà fait parler de lui l’année dernière avec la sortie du prometteur Catherine Fullbody. Pourtant c’est véritablement avec Persona 5 Royal, dont l’ensemble des qualités et du génie représentent non-seulement un chef d’œuvre en lui-même mais la promesse d’un avenir radieux pour le J-RPG, qu’Atlus signe son grand retour. 

Visuels : © Page Facebook d’Atlus West.

Jeu concours : le restaurant Sausalito vous offre un « Panier Week-end » pour 2 personnes
La 9e sélection de spectacles vivants (toujours confinés) en ligne
Hakim Akcha

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *