Tendances
[Carnet de Voyage] Berlin dans l’air du temps : Gastronomie, Théâtre et Street Art

[Carnet de Voyage] Berlin dans l’air du temps : Gastronomie, Théâtre et Street Art

22 octobre 2013 | PAR La Rédaction

De Berlin, vous avez déjà visité les musées et les monuments. Le temps est venu de voir les quartiers alternatifs, les théâtres et les grands restaurants bio pour saisir le zeitgeist, l’air du temps

berlin stree aaaL’East Spree riverside, royaume du Street art
Même si les visites guidées vous donnent des boutons, parions que vous allez adorer celle de L’East Spree riverside, l’un des derniers bastions alternatifs de Berlin. Car sur les bords de la rivière subsistent des communautés hippies qui vivent dans des tipis, pratiquent le troc et célèbrent l’art de la rue. Si l’environnement est plutôt brut, amas de détritus et de fils de fer barbelés, certains immeubles en ruine ornés de somptueux graffitis font le bonheur des amateurs de Street art. A visiter rapidement, car il n’est pas sûr que ces communautés ultra-marginales demeurent très longtemps dans le quartier. Les projets immobiliers abondent qui fomentent d’installer là médias et multinationales. La classe moyenne, révoltée contre l’inertie de l’état qui ne développe pas de véritable politique du logement, réagit en se lançant dans l’auto-construction. Mais il ne s’agit pas de bâtir ensemble des pavillons de banlieue comme le faisaient les castors dans la France des années cinquante. Non. Ici les habitants se mobilisent pour la construction d’immeubles écologiques où habiter à prix raisonnable. « Nous ne voulons pas de vos appartements bobos, nous sommes heureux avec nos rats » peut-on déjà lire sur certains squats. Une véritable guerre oppose actuellement bobos et hippies, dans ce paysage urbain en friche où alternent jardins écologiques et terrains vagues. A visiter à pied, à vélo, en bateau !

berlin street art

Cultiver son jardin à bière à Prenzlauer berg
A découvrir absolument, Prenzlauer berg, royaume des cafés fair trade, des friperies vintage, des marchands de vinyles et des petits cinémas d’art et essai. Un quartier qui réussit la gageure d’être à la fois branché et familial. Avant de devenir l’une des zones les plus hypes de la capitale, Prenzlauer Berg était un quartier populaire, habité par des communautés d’anarchistes, d’ouvriers et de punks. Des traces subsistent de cette époque, comme le plus vieux jardin à bière de Berlin, le Prater, où les ouvriers se retrouvaient autrefois pour souffler après le travail. Dès qu’un rayon de soleil le permet, les berlinois y courent encore aujourd’hui. Tous les dimanches, le Mauerpark (parc du Mur) accueille, lui, un marché aux puces géant, immense réservoir de bibelots, de fripes et de meubles anciens.

La guerre des scènes
Buchner, Brecht, Heiner Müller… la capitale qui a vu naître un répertoire théâtral impressionnant compte des scènes illustres à côté de lieux plus contemporains. Deux institutions à connaître absolument, la Schaubühne et la Volksbühne, dirigées l’une par Thomas Ostermeier et l’autre par Frank Castorf, deux monstres sacrés de la mise en scène actuelle. Cela mérite de vous y attarder une soirée. Thomas Ostermeier est né à l’Ouest, Frank Castorf, à l’Est. Autant dire que leur théâtre n’a rien de commun. Le premier s’empare des classiques, d’Ibsen à Shakespeare, pour sonder les névroses des bobos d’aujourd’hui, Castorf, à l’inverse, se passionne pour le prolétariat, le monde rural, les masses, dans un répertoire qui court de Schiller à Heiner Müller, en passant par Brecht et Dostoïevski. L’architecture toute à l’opposé de ces deux grands théâtres, massive et colossale pour la Volksbühne, ultra-contemporaine et épurée pour la Schaubühne, est à l’image d’une scène berlinoise avant-gardiste et hétéroclite.

La Mano Verde.

Un sommet de la gastronomie bio
Si les clubs électro de Berlin sont célébrissimes (adresses dans tous les bons guides touristiques, notamment dans l’excellent Cartoville de Gallimard, notre chouchou) Berlin est moins connue pour sa gastronomie. Pourtant, la ville est pionnière en matière de green food. Normal puisque, très sensibles à l’environnement, les Allemands en ont fait leur fer de lance. Ici vous trouvez tout en bio, des supermarchés, des boulangeries, des glaciers, des cafés et bien sûr des restaurants. Heureux les allergiques, ils n’ont aucune peine à trouver là une adresse gourmande, raffinée et surtout sans risque. Comme la Mano Verde par exemple, située dans le quartier de Charlottenburg, qui propose une cuisine aux plantes, colorée et goûteuse, jouant toute la gamme des légumes de saison, du plus cru au plus cuit. Dans un cadre spacieux et cosy, on savoure un risotto arborio séducteur, aux champignons et au vin blanc, dressé comme dans un restaurant étoilé. Séduisant, aussi, le ravioli farci de citrouille et de châtaigne, avec sa sauce spirituelle, un coulis de sauge relevé de graines de pavot (Comptez 14,50 euros pour le menu à midi, 25 euros le soir). Quant au gâteau au chocolat, réalisé sans beurre et sans crème, c’est un pari réussi.

berlin saucisse

La vérité est dans la currywurst !
Impossible de quitter Berlin sans gouter la traditionnelle currywurst, autrement dit la saucisse au curry, emblématique de la ville. Créée en 1949 par l’audacieuse patronne d’un snack de Berlin-Ouest, Herta Heuwer, la célèbre saucisse s’écoule aujourd’hui à prêt de 70 millions d’unités chaque année à Berlin. Un musée lui est même consacré! Bien cuisinée, cette saucisse coupée en rondelles, agrémentée d’une sauce salé-sucré faite de tomate et de curry peut être un vrai régal. Ce qu’il faut ? Une bonne adresse ! Pour cela rien de mieux que de se rendre chez Konnopke’s Imbiss, un snack emblématique, situé juste en dessous de la station de métro Eberswalder strasse (U2). L’attroupement devant la petite enseigne ne trompe pas, c’est tout simplement délicieux Et réconfortant l’hiver ! (1,90 euros la currywurst).

Informations pratiques
Comment se rendre à Berlin ?
En train de nuit. Férocement écologique, éventuellement amusant, mais pas vraiment économique, le voyage en train de nuit permet d’embarquer gare de l’Est sur la compagnie City Night Line et d’être le lendemain matin à pied d’œuvre. Les avantages ? Vous prenez votre frühstück (le petit déjeuner) pendant que la campagne allemande défile derrière la vitre et vous arrivez directement en centre-ville. Pour 15 euros supplémentaires, vous embarquez aussi votre vélo ! Mais il faut impérativement réserver plusieurs mois à l’avance pour obtenir des tarifs intéressants (couchette à partir de 49 euros l’aller simple dans une voiture 6 places, voiture-lit avec coin lavabo à partir de 69 euros (Economy), voiture-lit avec douche et wc à partir de 99 euros (Deluxe)). Sur www.citynightline.fr ou www.voyages-sncf.fr
En avion. Easyjet propose des tarifs intéressants (à partir de 74 euros aller-retour) sur www.easyjet.com

Visiter le quartier de l’East river side : avec id22, the institute for creative sustainability, réservations sur www. creative-sustainability-tours-berlin.net (en anglais).
Réserver au théâtre : www.schaubuehne.de. A noter deux fois par mois le théâtre programme une pièce surtitrée en anglais ou même en français. www.volksbuene-berlin.de. Si vous ne parlez pas allemand, lisez la veille la traduction en français de la pièce programmée, une discipline intéressante d’ailleurs à adopter systématiquement pour mieux jouir du spectacle.
Bien dormir : pour un séjour amoureux, filez à l’hôtel Q ! Berlin qui, malgré le mauvais jeu de mots, n’est pas du tout graveleux, mais follement design, confortable et bien situé à Charlottenburg. 135 euros petit-déjeuner compris sur www.booking.com. Plus écolo, un petit appartement HQE, 110 euros la nuit, wwwmitart.de, près de l’île aux musées.

Textes et Photos : Olivia Barron

Sauf  « Capelleti d’été » (visuel 4) : © Cathrin Bach-Konzept und Bild

Gagnez 2×2 places pour le concert de The Excitements au Café de la Danse le 05.11
Gagnez 3×2 places pour la « Ken Ishii Residency » au Nouveau Casino le 26.10
La Rédaction

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *