Beauté
Garra rufa, poisson mangeur de peaux mortes

Garra rufa, poisson mangeur de peaux mortes

20 mars 2012 | PAR Bérénice Clerc

Le Garra rufa est un poisson mangeur de peaux mortes, une heure dans une baignoire avec mille poissons chez Rufafishspa et la peau devient douce comme celle d’un bébé.

Rufafish avait déjà frappé avec les pédicures, manucures rue des fossés Saint Jacques, un spa complet vient d’ouvrir rue de New York dans le 16e pour pouvoir soigner le corps entier grâce à ces minuscules poissons charmants.

La fish bodycure est l’équivalent naturel du gommage « traditionnel » du corps réalisé avec un produit de gommage. Les poissons exfolient les peaux mortes et laissent la peau encore plus douce grâce à une enzyme très active appelée Dithranol Anthralin sécrétée naturellement par ce poisson et déposée au passage sur la peau.

Après une vérification d’hygiène, la baignoire pleine de petits poissons s’offre à notre corps entier. Une fois plongée dans l’eau filtrée et re-filtrée pour les normes d’hygiènes impressionnantes et le confort des poissons, les Garra rufas se lancent à l’attaque des peaux mortes sans relâche pendant 30 ou 60 minutes. Les sensations sont infimes, des micros vibrations, comme des ondes très légères, agréables, loin des chatouilles imaginables de prime abord.

Une fois sortie il est préférable de ne pas se rincer afin de garder l’enzyme protectrice déposée par les poissons.

La peau est exceptionnellement douce, le résultat est spectaculaire et il dure longtemps. La peau est apaisée et prend des allures de soie pure même aux endroits les plus fragiles.

C’est en Turquie qu’est né le concept « fish spa » où les sources d’eau chaude de la région de Kangal, habitat naturel des Garra rufa, sont reconnues pour le traitement des plaies et des maladies de la peau comme le psoriasis ou l’eczéma.La légende turque dit qu’un berger blessé au pied, l’aurait trempé dans l’eau des sources chaudes, des petits poissons arrivèrent et entreprirent de nettoyer sa plaie. Intrigué, il les laissa faire leur œuvre, car il n’en ressentait aucune douleur. Dans les jours qui suivirent, la blessure cicatrisa rapidement et ainsi commença la réputation des ‘Poissons docteurs’.

C’est donc d’abord pour leurs vertus thérapeutiques que ces poissons ont été utilisés en Turquie.

Le centre Rufafish n’est pas un centre médical mais utilisé à des fins esthétiques les vertus restent les mêmes.

L’équipe sur place sait ensuite guider pour des enveloppements, massages ou soins plus classiques.

Thomas Lebrun : La jeune fille et la Mort au Théâtre national de Chaillot
Zettai Karen Children tome 1 de Takashi Shiina
Bérénice Clerc
Comédienne, cantatrice et auteure des « Recettes Beauté » (YB ÉDITIONS), spécialisée en art contemporain, chanson française et musique classique.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture