Actu
Zébrures d’automne : les lauréat.e.s sont…

Zébrures d’automne : les lauréat.e.s sont…

26 septembre 2022 | PAR Julia Wahl

La journée commence aux Zébrures d’automne avec la remise des différents Prix.

Le Prix RFI Théâtre est ainsi attribué à l’écrivaine haïtienne Gaëlle Bien-Aimé pour son livre Port-au-Prince et sa douce nuit. Le jury, présidé par la comédienne Odile Sankara, a notamment salué « une ode à la vie “où l’amour fait un pied de nez au malheur ” comme l’écrit l’autrice. Une pièce atmosphérique, hyper visuelle où, de bout en bout, la ville plongée dans une nuit inquiétante s’invite dans le huis clos de ce couple aux noms hérités de la mythologie vaudou. Une pièce où l’écriture traverse tous les registres de la langue, quotidienne, érotique et poétique » (communiqué de presse RFI). 

Le Prix SACD a été remis pour sa part à l’autrice guyanaise Emmelyne Octavie. Un prix annoncé par Marie-Do Fréval, qui a salué une écriture de « vitalité et d’avenir ». 

Gaëlle Massicot-Bitty, représentant l’Institut français, a annoncé les lauréat.e.s du dispositif Des mots à la scène, dispositif de soutien aux écritures francophones du sud. Elle a souligné l’importance des femmes parmi les gagnant.e.s : sur dix-sept auteur.rice.s, dix sont des femmes ! Voici les heureux.ses sélectionné.e.s : El Ajouad / Les Généreux – Benhamamouch Jamil (Algérie), Femmes Puissantes – Marjorie Delle-case et Opoya Sylvana (France – Guyane), Fajar, ou l’Odysée de l’homme qui rêvait d’être poète Adama Diop (Sénégal), Grand Blanc – Vincent Fontano (La réunion), Les Dix mille couleurs du refus – David-Minor Ilunga et Way Tinah (RDC), Objet – Laura Sheilla Inangoma (Burundi), A titre provisoire – Itela Albertine (RDC), Blind spot : constante macabre – texte de Halabi Hassiba , mise en scène de Karemera Carole Ishyo Arts Centre (Algérie – Rwanda), Le Corps de Jésus – Hamza Lenoir (Mayotte), Donang – Madjitoubangar Bonaventure (Tchad), Rien ne vous oblige à faire de ma peine une chanson – Linda Maroy Elizabeth (RDC), Méandres – Muziramakenga Natacha (Rwanda), Mère prison – Emmelyne Octavie (Guyane), Fissures – Oumarou Aboubacari Bétodji Béto Bétodji (Niger), Conversation avec Joséphine – Pourpoint Maroussia  (Martinique), La plus secrète mémoire des hommes – adaptation du texte de Mohamed Mbougar Sarr par Aristide Tarnagda (Sénégal – Burkina Faso), Celles qui reviennent – de Pelphide M. S. Tokpo  mis en scène par Odjèbï Adékambi Zinsou  (Béni). 

Visuel : Emmelyne Octavie (c) Christophe Péan

« Je crée et je vous dis pourquoi » aux Zébrures d’automne : hymnes aux femmes badass
Vanish : Lucie Berelowitsch dans la Tempête
Julia Wahl
Professeure de lettres durant dix ans, chargée de production de diverses compagnies de danse ou de théâtre, chargée d'action culturelle et des relations publiques... Tout ce qui a trait à la promotion de la culture et au développement de ses publics me passionne. Parce que l'on ne peut voir un spectacle sans vouloir transmettre ses émotions, je chronique régulièrement le cinéma, le théâtre et la politique culturelle pour Toute la Culture.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


A propos

Toute La Culture : Comment choisir ?
Toute La Culture est un magazine d'information pluridisciplinaire et national. Il regarde notre societé par les yeux des tendances et de la culture. Fondé en 2009, il est reconnu comme journal en 2012 puis d' Information Politique et Générale (IPG), en 2017

L’objectif de Toute La Culture est véritablement de parler de TOUTE la culture : un film d’animation d’Europe de l’Est comme blockbuster américain à énorme budget, un récital lyrique comme un nouvel album de rap, la beauté et les tendances sont abordées d’un angle culturel et même les sorties en boîte de nuit et les nouveaux lieux à la mode sont dans nos pages. Enfin, les questions politiques d’actualités sont au coeur de nos articles : covid, #metoo, mémoire, histoire, justice, liberté, identité sont au cœur de nos réflexions à partir des spectacles et œuvres que nous voyons comme critiques. Non seulement nos rédacteurs se proposent être vos guides et de vous aider à choisir dans une offre culturelle large, à Paris, en France, en Europe, mais c’est parce que Toute la Culture brasse large que, dans ses quinze articles quotidiens, le magazine doit avoir un point de vue arrêté sur l’actualité. Et ce point de vue part du principe que l’angle culturel offre une grille de lecture unique et précieuse sur le monde dans lequel nous vivons.
Soyez libres… Cultivez-vous !

Soutenez Toute La Culture
Registration