Spectacles
« Je crée et je vous dis pourquoi » aux Zébrures d’automne : hymnes aux femmes badass

« Je crée et je vous dis pourquoi » aux Zébrures d’automne : hymnes aux femmes badass

25 septembre 2022 | PAR Julia Wahl

La journée de dimanche s’achève à Limoges, après La Cargaison, sur Je crée et je vous dis pourquoi, un parcours déambulatoire féministe au Théâtre de l’Union.

Il s’agit d’un projet de Aurélie Van Den Daele, directrice du Théâtre de l’Union : inviter onze artistes femmes à expliquer pourquoi elles créent. Un projet qui nous plonge au plus profond de chacune. 

Des propositions diverses

Pourquoi créer ou comment créer ? La création au féminin est toujours compliquée : Virginia Woolf n’indiquait-elle pas dans Une Chambre à soi les contraintes matérielles qui pèsent sur chacune des écrivaines et la difficulté à les lever ? Alors, chacune ici essaie de se créer sa chambre personnelle, salvatrice, à l’abri des cris des enfants. Cette pièce peut être un espace, mais aussi un moment suspendu entre deux sorties d’école.

Pour découvrir ces lieux privilégiés, nous nous glissons dans les couloirs du Théâtre de l’Union. Autour de travaux d’aiguille, d’un photomaton ou d’une salle de répétition, nous découvrons les parcours et désirs de ces femmes. Des désirs créateurs divers, issus de trois continents, qui nous racontent la terrible diversité de visage que peut prendre le patriarcat. Pour contrer cette multiplicité du sexisme, une pluralité des résistances, entre chants, simple adresse au public et scénographie d’appartement clos.

Une même rage d’écrire

Toutes, cependant, s’accordent sur le caractère vital de la création. Si les femmes furent sommées de se taire, de sourire et de ne jamais « ouvrir leur bouche », la création est désormais un cri de rage, une résistance face au silence trop longtemps imposé. Et, soudain, les fenêtres des appartements s’ouvrent sur un ailleurs convoité et les rideaux tombent, qui séparaient le public de l’artiste.

Cette communion nouvelle entre autrices et spectatrices se fait autour des mots : tous les textes dits et lus font montre d’un même souci de renouveler la langue, d’accorder aux organes féminins le même pouvoir évocatoire qu’aux attributs masculins. Avec ce renouveau langagier, toutes les femmes auront droit à cet hommage artistique, car toutes, depuis toujours, ont dû se battre contre l’adversité. Toutes badass

Les textes sont ceux de : Bibatanko (République démocratique du Congo), Gaëlle Bien-Aimé (Haïti, lauréate du Prix Théâtre RFI), Marie Darah (Belgique), Daniely Francisque (France-Martinique), Maud Galet-Lalande (France), Halima Hamdane (France / Maroc), Nathalie Hounvo Yekpe (Bénin), Hala Moughanie (Liban), Emmelyne Octavie (France-Guyane, lauréate du Prix SACD de la dramaturgie francophone) et Johanne Parent (Canada).

Visuel : (c) Théâtre de l’Union

« La Cargaison » dit l’invisible de la répression policière aux Zébrures d’automne
Zébrures d’automne : les lauréat.e.s sont…
Julia Wahl
Professeure de lettres durant dix ans, chargée de production de diverses compagnies de danse ou de théâtre, chargée d'action culturelle et des relations publiques... Tout ce qui a trait à la promotion de la culture et au développement de ses publics me passionne. Parce que l'on ne peut voir un spectacle sans vouloir transmettre ses émotions, je chronique régulièrement le cinéma, le théâtre et la politique culturelle pour Toute la Culture.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture
Registration