Théâtre

Votre première fois… déballée sur scène !

Votre première fois… déballée sur scène !

01 mai 2012 | PAR Cecile David

Ah la première fois ! Synonyme de passion, d’amour ! Ou pas. David Macquart, Séverine Ferrer, Belen Lorenzo et David Tournay jouent la carte de l’humour et font revivre sur scène la première fois d’anonymes recueillie sur le blog myfirsttime.com. Au total, ce sont plus de 50 000 histoires que Ken Davenport, auteur du site et de la pièce, recense. Des témoignages, touchants et insolites que Gabriel Olivares transpose sur scène en conservant dans sa mise en scène la candeur et la vitalité souvent propres à une première fois.

Dès l’entrée en salle, la troupe met dans le bain avec un écran géant dressé face au public sur lequel s’affichent des citations sur la virginité et, plus inattendu, un questionnaire à remplir par les spectateurs à propos de leur première fois (À quel âge ? Avec qui ? Où ?). Le ton est donné. Les quatre comédiens s’asseyent sur leur tabouret en avant-scène dans un décor acidulé semblable à celui d’un plateau de télévision. Et les saynètes s’enchaînent. Séverine Ferrer (qui succède à Astrid Veillon, présente au premier casting) et Belen Lorenzo jouent tout d’abord les lesbiennes pré-pubères avant d’incarner les cagoles écervelées. Mais aussi une petite fille amoureuse pour l’une, une prostituée africaine pour l’autre. Quant aux hommes, ils prennent la peau d’homosexuels inavoués ou de puceaux quinquagénaires. Seule constante : chaque personnage raconte sa première fois, sans tabou.

Parmi les instants les plus amusants, arrive en tête cette scène dans laquelle David Macquart et Belen Lorenzo (aux mimiques désopilantes) s’amusent à caricaturer les acteurs pitoyables d’une mauvaise sitcom (le tout en play-back) tandis que David Tournay et Séverine Ferrer leur prêtent une voix, plantés derrière un pupitre.

La jeunesse des comédiens apportent toute la fraîcheur nécessaire à ce show débridé dans lequel les corps se dévêtissent et s’entrelacent. Chacun passe avec aisance  d’un personnage à l’autre, de l’innocence à la perversité, de l’humour au drame parfois. C’est le cas de Séverine Ferrer, qui parvient dans cet atmosphère jovial à provoquer l’émotion en nous racontant l’histoire du petit Luc, atteint de leucémie et trop malade pour un jour connaître une première fois.

La scénographie pétillante d’Olivares contribue à maintenir le rythme effréné du show. Ainsi les ombres osent se toucher quand les comédiens ne font qu’y penser ; une vierge quarantenaire se laisser tripoter par des mains dissimulées derrière un drap ; les panneaux au fond de la scène font aussi bien office de hublots que de rideaux de douche.

De petites phrases piquantes font quant à elles la transition entre deux sketchs : « Vous n’auriez pas vu ma virginité ? Je ne la retrouve plus ! », tout comme les réponses aux questionnaires distribués avant le spectacle : « Je ne me souviens plus de ma première fois. J’avais trop bu. » Comme un air de déjà vu ? Possible, car le secret de ce show réussi c’est l’universalité et l’authenticité. Parmi toutes ces histoires, l’une d’elle pourrait bien être la vôtre ou celle d’un ami, d’un collègue ou de votre voisine de droite. Vous voilà prévenus !

Tous droits réservés Ma Première Fois © 2012

Infos pratiques

Michel Boujenah joue du Woody Allen, et ça marche !
Sortie dvd : Parlez-moi de vous de Pierre Pinaud avec Karin Viard
Cecile David

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *