Théâtre

Un mage en été, les tribulations sensibles d’Olivier Cadiot sublimées par Ludovic Lagarde

26 septembre 2010 | PAR Amelie Blaustein Niddam

Ludovic Lagarde met en scène le texte poétique, drôle et juste d’Olivier Cadiot, auteur associé du festival d’Avignon 2010. En mage parfait, Laurent Poitrenaux semble voler dans la lumière de Sébastien Michaud. Après sa création en juillet dernier pour le théâtre municipal d’Avignon, Un mage en été vient passer quelques jours en automne au centre Pompidou jusqu’au 27 septembre. Courrez découvrir l’histoire de ce mage en grève, cherchant, figé et mouvant, égratignant le lourd héritage familial, comment il a bien pu en arriver là…

Un mage en été trouve à Beaubourg un cadre beaucoup plus contemporain qui sied différemment, mais excellemment au choix scénographique de Lagarde qui repose sur l’idée folle de figer un comédien au sol ,tout un spectacle. Seuls ses bras, le corps, les paupières et les yeux sont en mouvement. En résulte le sentiment permanent d’un mage qui se transporte dans les dimensions et dans les époques. Il l’affirme au public : « Mage quand même , c’est pas si mal, j’ai le don du transport » !

Par ce texte poétique, aux phrases rapides et incisives, Cadiot nous raconte les difficultés de porter un héritage et de le transmettre, difficulté exacerbée par des bonheurs liés à l’essence de la fonction. Ce mage se rit des avancées techniques qui « remettent les morts et les vivants ensemble à la bonne vitesse». On rit souvent dans ce spectacle, imaginant, avec ce mage automate,  Nietzsche jouant au golf…incongru pensez vous ?

Dans une scénographie magnifique ( magique ?) , orchestrée par Cédric Scandella pour l’image, Laurent Poitrenaux semble ne jamais être sur un plateau mais en suspension . Cela est renforcé par le travail fait avec l’Ircam sur la voix et le son qui donne un aspect irréel et surnaturel à la pièce.

Lagarde offre le sentiment d’avoir partagé une expérience sensorielle inédite dans un monde magique. Obéissez au mage dès la 1ère seconde : fermez les yeux, respirez. Puis ,écoutez le texte, admirez le jeu, soyez éblouis par la lumière. Un mage en été est un spectacle éclatant qui demande une entière attention pour en saisir l’immense beauté.

Du mercredi 22 au lundi 27 septembre à  20H30, dimanche à 17h, Centre Pompidou, Grande Salle, 14 €, Tr 10 € . Achat en ligne

Extrait d’Un Mage en été, P.O.L, 2010
« Je nage. Un mage énorme et barbu se glisse dans l’eau froide . C’est moi. Comme on plonge un bâton dans l’eau. Je m’amincis. Je me spirale. Je rajeunis. Sous l’eau. Lamantin. Comme ça. Je suis un poisson. Je nage. Je rajeunis sous l’eau. Je nage. Vous n’imaginez pas ce que peut un corps. »

Réouverture du Cinéma La Clef ce mercredi 29 septembre
Courir de Jean Echenoz : vie et disgrâce d’un demi dieu, Emile Zatopek
Amelie Blaustein Niddam
C'est après avoir étudié le management interculturel à Sciences-Po Aix-en-Provence, et obtenu le titre de Docteur en Histoire, qu'Amélie s'est engagée au service du spectacle vivant contemporain d'abord comme chargée de diffusion puis aujourd'hui comme journaliste ( carte de presse 116715) et rédactrice en chef adjointe auprès de Toute La Culture. Son terrain de jeu est centré sur le théâtre, la danse et la performance. [email protected]

7 réflexions au sujet de « Un mage en été, les tribulations sensibles d’Olivier Cadiot sublimées par Ludovic Lagarde »

Commentaire(s)

    Publier un commentaire

    Votre adresse email ne sera pas publiée.

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *