Théâtre
Christèle Tual, incroyable oracle politique au T2G

Christèle Tual, incroyable oracle politique au T2G

01 juillet 2021 | PAR Amelie Blaustein Niddam

Au Théâtre de Gennevilliers, Ludovic Lagarde fait ce qu’il sait faire de mieux, offrir un rôle à un acteur ou une actrice. En l’occurrence, Christèle Tual qui prend dans son corps, sa voix et ses yeux le texte fleuve et colérique d’Elfriede Jelinek.

Crime immaculé

La scène est toute blanche, comme une scène de crime prête à être recouverte de sang. Il y a un fauteuil, un grand panneau derrière. La comédienne arrive, en pantalon souple et sweat, canette de coca à la main. Elle enlève ses chaussures. Elle boit. La transformation commence.

Elfriede Jelinek a écrit ce texte, Sur la voie royale, la nuit où Trump a été élu. C’est un texte sur la tragédie, sur le comment nous en sommes nous arrivés là. Sur le fait que la démocratie accouche parfois du pire. Ce texte est un oracle, et Lagarde fait de Tual sa pythie.  

Les visages du pire

Pauline Legros est maquilleuse. Elle va faire évoluer l’actrice en la manipulant comme une poupée. Elle prend ses pieds, sa tête au besoin et la pare de colle, de bas sur le crâne, de perruque. Alors, elle est Trump mais son nom n’est jamais prononcé, un peu à la façon du commandement biblique « tu ne prononceras pas le nom de dieu en vain ». Quelque chose que l’on craint, quelque chose d’invisible. Et c’est bien le fait de ne pas voir qui est le centre du spectacle où l’aveuglement est une figure centrale. 

Christèle Tual devient Œdipe en même temps qu’elle est tous les populistes. La direction d’actrice est au cordeau. Comment ne pas sortir du rôle quand il est si pluriel, quand son corps est manipulé non-stop. Le texte est un manifeste écrit à la façon des grecques. On entend des phrases semblant être tirées d’Eschyle : « Il faut regarder le monde afin d’acquérir une vision du monde ». « Il est là, et moi je n’ai plus de lumière ». « Nous tous avons épuisé les mots ». « L’avenir n’aura jamais lieu je crois ».

La vérité tant piétinée par Trump et consorts est nommée comme une ancienne amie disparue dans d’affreuses conditions.  Comme toute tragédie, la pièce opère en catharsis. Elle nous fatigue pour nous libérer. L’écoute et le regard sont intenses pour le spectateur. Si seulement ce regard et cette écoute pouvaient être sollicités en avril 2022, le pire serait évité.

Informations pratiques

Jusqu’au 2 juillet au T2G. Selon les soirs, il est possible de coupler le spectacle avec la représentation du génial Le grand débat d’Emilie Rousset et Louise Hémon.

A noter, si vous ne fuyez pas Paris l’été, que du 6 au 17 juillet, le T2G offre une programmation gratuite dans Gennevilliers. Avec notamment une pièce de cirque entre l’Académie Fratellini et Daniel Jeanneteau ou Jukebox de l’Encyclopédie de la Parole. 

Visuel : ©Gwendal Le Flem

Agenda des vernissages de la semaine du 1er juillet
L’art contemporain investit le superbe village de Saint-Paul-de-Vence pour sa Biennale internationale.
Amelie Blaustein Niddam
C'est après avoir étudié le management interculturel à Sciences-Po Aix-en-Provence, et obtenu le titre de Docteur en Histoire, qu'Amélie s'est engagée au service du spectacle vivant contemporain d'abord comme chargée de diffusion puis aujourd'hui comme journaliste ( carte de presse 116715) et rédactrice en chef adjointe auprès de Toute La Culture. Son terrain de jeu est centré sur le théâtre, la danse et la performance. [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture