Théâtre
Toboggan au Théâtre du Nord

Toboggan au Théâtre du Nord

16 décembre 2012 | PAR Audrey Chaix

Le Théâtre du Nord présente, dans sa salle de l’Idéal à Tourcoing, la dernière création de Gildas Milin, présentée pour la première fois au public en novembre 2012 au Théâtre National de Strasbourg. Dans Toboggan, Milin met en scène son propre texte, inspiré de ces faits divers japonais dont les médias ont beaucoup parlé : des vieillards délaissés par leur famille et par la société en viennent à commettre des crimes pour avoir la chance de finir en prison, où ils pourront bénéficier d’un toit, d’un lit et de trois repas par jour pour finir leurs vieux jours. Traité sur le mode du manga japonais, le concept était alléchant….

 

Le plateau, immense, est recouvert d’un gravier qui sous-entend un environnement très urbain, déshumanisé, où sévit une frange de la population en marge de la société. En fond de plateau, un rideau de plastique crée une frontière entre ce no man’s land donné à voir au public, et l’arrière-scène, où l’on suppose qu’évolue le monde. Tenu en laisse, un jeune homme aux cheveux rouges est torturé par une bande de vieillards, entre férocité et douleurs arthritiques… une bande de loups, à cela près qu’ils n’attendent qu’une chose : être pris, être attrapés pour finir leur vie derrière les barreaux.

 

Milin oscille entre critique de la société, notamment exprimée par l’un des deux personnages plus jeunes (outre la victime des vieillards, qui reste muette pendant toute la pièce), et fiction, mise en scène par un appel à l’univers du manga et du cosplay – rappelant ainsi que c’est de la société japonaise que s’inspire ce sordide fait divers. Le deuxième personnage jeune est par ailleurs une jeune femme asiatique vêtue comme une jeune lycéenne japonaise – jupe ultra courte, cheveux longs, noirs et lisses, chemisier d’écolière… mais jamais on ne comprend réellement quel rôle elle tient exactement dans la pièce. Elle parle parfois japonais et parfois français, fait clairement le lien entre l’Orient et l’Occident, elle danse également, mais ne semble pas trouver sa place dans l’économie générale de la pièce.

 

Car au fur et à mesure que se déroule l’intrigue, il devient de plus en plus évident que la sauce ne prend pas – et l’on se prend à se demander pourquoi Toboggan ne crée par le sentiment de précipice qu’il implique. Ce n’est pas dû aux comédiens : tant bien que mal, ils font ce qu’ils peuvent d’un texte que l’on n’entend pas, d’une mise en scène qui ne fonctionne que par allusions, si bien que l’on ne sait pas bien à quoi se raccrocher pour rentrer dans l’intrigue… Peut-être le problème se trouve-t-il dans l’hésitation non résolue entre la fiction et la critique sociale, qui ralentit sans cesse la première sans pour autant s’imposer. Le jeune homme interprété par Rodolphe Congé, et qui joue le rôle de l’enquêteur, commente régulièrement l’action, projetant ainsi la pièce dans la critique sociale, et ne laisse pas s’installer la fiction – qui, par ailleurs, peine à trouver son rythme.

 

On ressort donc perplexe de cette mise en scène, et aussi un peu déçu, car on attendait beaucoup de ce qu’elle pouvait promettre, autant dans son sujet que dans les intentions affichées de Gildas Milin. Et surtout, avec le sentiment que tout cela est passé à côté de quelque chose : Toboggan voulait frapper un grand coup, mais il a manqué sa cible.

 

 

Crédit photos : Franck Beloncle

New York et moi de Soledad Bravi
L’agenda de la fin du monde
Audrey Chaix
Professionnelle de la communication, Audrey a fait des études d'anglais et de communication à la Sorbonne et au CELSA avant de partir vivre à Lille. Passionnée par le spectacle vivant, en particulier le théâtre, mais aussi la danse ou l'opéra, elle écume les salles de spectacle de part et d'autre de la frontière franco-belgo-britannique. @audreyvchaix photo : maxime dufour photographies.

One thought on “Toboggan au Théâtre du Nord”

Commentaire(s)

    Publier un commentaire

    Votre adresse email ne sera pas publiée.

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *