Théâtre

Robin Renucci à la tête des Tréteaux de France

Robin Renucci à la tête des Tréteaux de France

25 juin 2011 | PAR Christophe Candoni

Les Tréteaux de France ont enfin leur nouveau directeur en la personne de l’acteur Robin Renucci, nommé par le ministère de la culture Frédéric Mitterrand hier, le vendredi 24 juin, après un an de cacophonie et de difficultés dues à la nomination de Francis Huster et de son désistement survenu six mois plus tard. Robin Renucci succède donc à Marcel Maréchal à la tête de la troupe depuis 2001 et arrivé à la limite d’âge pour diriger un centre dramatique national. Car ces tréteaux créés par Jean Danet en sont un, unique en France, nomade, relevant le défi essentiel d’aller sur les routes et de présenter sous chapiteau des pièces du grand répertoire et des créations à des publics divers et nouveaux.

De nombreuses personnalités étaient candidates : des hommes et des femmes de théâtre (Irina Brook, Patrick Pineau, Yann-Joël Collin), parmi eux le journaliste sportif et présentateur télé Gérard Holtz, on croit rêver ! Quand même, le Ministre lui a préféré le professionnel qu’est Robin Renucci, acteur talentueux et populaire, aussi bien à la télévision qu’au cinéma et bien sûr au théâtre, il joue souvent dans le privé mais y défend des projets exigeants, tout comme il l’a fait en instiguant les Rencontres internationales de théâtre en Corse, sa terre natale.

Son projet artistique pour les Tréteaux de France, Robin Renucci le définit dans un équilibre à trouver entre renouvellement et respect de leur histoire et de la mission d’itinérance qui est la leur. Il s’engage aussi à chercher de nouveaux moyens d’itinérance, et invitera de grands noms de la mise en scène à travailler avec lui.

Marcel Maréchal se félicite de cette décision dans un communiqué de presse : « Je me réjouis de cette nomination que, d’ailleurs, je souhaitais vivement. En effet Robin Renucci est le plus qualifié (en raison surtout de son aventure corse de l’Aria) pour continuer l’aventure initiée il y a 50 ans par Jean Danet et poursuivie depuis 10 ans par moi-même. Son projet s’inscrit dans la continuation des pionniers de la décentralisation théâtrale : Maurice Pottecher, Michel Saint-Denis, Jean Dasté, Hubert Gignoux, Gabriel Monnet… et du théâtre populaire comme Jean Vilar l’a si bien illustré ». Il conclut sa déclaration en souhaitant « bon vent et bonne route » à son successeur, nous aussi.

Le « couac Francis Huster » aura bien fait trainer les choses. Nommé il y a plus d’un an puis renonçant au poste en début d’année, il a décidé en janvier dernier de monter sa propre compagnie (« la troupe de France ») en empochant au passage une subvention du ministère, à hauteur de 100.000 euros, un soutien important de la part des tutelles pour un projet à ce moment là peu clair et sans acteur, mais vite fait résolu par une série de castings hâtifs aux Cours Florent. Angers, Carcassonne et d’autres festivals du sud accueillent pendant l’été sa mise en scène de Don juan de Molière.

 

 

Oui au mariage d’Amour !
Du 9 au 12 août, le Festival Au Fil des Voix reprend ses quartiers d’été à Vaison-la-Romaine
Christophe Candoni
Christophe est né le 10 mai 1986. Lors de ses études de lettres modernes pendant cinq ans à l’Université d’Amiens, il a validé deux mémoires sur le théâtre de Bernard-Marie Koltès et de Paul Claudel. Actuellement, Christophe Candoni s'apprête à présenter un nouveau master dans les études théâtrales à la Sorbonne Nouvelle (Paris III).Spectateur enthousiaste, curieux et critique, il s’intéresse particulièrement à la mise en scène contemporaine européenne (Warlikowski, Ostermeier…), au théâtre classique et contemporain, au jeu de l’acteur. Il a fait de la musique (pratique le violon) et du théâtre amateur. Ses goûts le portent vers la littérature, l’opéra, et l’Italie.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *