Théâtre
Retour à Argos d’Irène Bonnaud au Théâtre du Nord (Lille)

Retour à Argos d’Irène Bonnaud au Théâtre du Nord (Lille)

03 avril 2013 | PAR Audrey Chaix

La dernière production d’Irène Bonnaud, artiste associée du Théâtre du Nord, s’inspire de la pièce d’Eschyle Les Suppliantes, qu’elle a elle-même retraduite. Dans son spectacle Retour à Argos, elle y ajoute une partie du texte du Prométhée Enchaîné, du même auteur, où elle explique la généalogie des trois princesses au centre des Suppliantes, puis un texte moderne de la comédienne Violaine Schwartz, permettant d’ancrer le texte dans la modernité qu’il appelle dans son sujet. 

Afin de mettre Eschyle en scène, Irène Bonnaud en propose une traduction forte, pleine de poésie et qui dépoussière la langue grecque des livres d’école. Une belle réussite pour conter l’histoire des ces trois princesses africaines, descendantes de Zeus et d’Io, qui viennent demander asile au peuple d’Argos, terre de leurs ancêtres. Si le roi d’Argos commence par leur refuser cet asile, par peur des représailles de ceux que fuient les trois princesses, il finit par céder, au nom du droit d’asile que l’on ne peut refuser à tout voyageur se plaçant sous la protection de Zeus.

Ce n’est malheureusement pas le cas de la mise en scène, qui est trop littérale pour pouvoir donner souffle et puissance au texte d’Eschyle. Si les chants (sous la direction musicale de Mounya Boudiaf) des trois princesses sont très beaux, pleins d’émotion, la scénographie et l’éclairage décrivent plus qu’ils ne suggèrent, appuient peut-être trop le propos, au risque de le rendre redondant. C’est aussi ce que propose le texte ajouté de Nuruddin Farah, puis celui de Violaine Schwartz : si chacun des trois textes (voire quatre, si l’on compte celui tiré du Prométhée Enchaîné comme séparé de celui tiré des Suppliantes) est très beau par lui-même, l’association des trois crée une répétition qui souligne tant le propos (une réflexion tout à fait justifiée et intéressante sur l’émigration politique et les droits des demandeurs d’asile) qu’elle finit par lasser.

Si l’on comprend qu’Irène Bonnaud est habitée par son sujet, on aurait souhaité que sa mise en scène fasse plus confiance au spectateur en lui laissant, par la suggestion et la retenue, la possibilité de participer lui aussi au discours. Dommage, car le sujet était passionnant, et surtout essentiel.

Crédit photos : Frédéric Iovino

Le festival de courts-métrages Silence, on court ! commence lundi !
Macbeth au Trafalgar Studios à Londres : la production star du moment t !
Audrey Chaix
Professionnelle de la communication, Audrey a fait des études d'anglais et de communication à la Sorbonne et au CELSA avant de partir vivre à Lille. Passionnée par le spectacle vivant, en particulier le théâtre, mais aussi la danse ou l'opéra, elle écume les salles de spectacle de part et d'autre de la frontière franco-belgo-britannique. @audreyvchaix photo : maxime dufour photographies.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *