Théâtre

Pur, trop pure (pièce) de Lars Norén

18 avril 2009 | PAR marie

lars-noren« Combien de temps combien de temps/ si on restait face à face sans un mot/ sans une gomme qui efface » Pur, du suédois Lars Norén aurait pu être illustrée par ces paroles de Stephan Eicher. Du moins pour son évocation du tête à tête dans un couple… Pour le reste, la pièce est aussi dénudée, épurée et sèche que les chansons de l’artiste suisse sont riches des sonorités, de rythmes et de langues.

Un appartement vide, un couple, un déménagement. Lui, nostalgique, tente d’évoquer les souvenirs d’un heureux temps passé. Elle, douceur exaspérée, semble vouloir en finir avec les rideaux, les cartons et les murs trop blancs. A quoi bon tarder ? « Il n’y a plus rien à dire tout a déjà été dit. Et même plus » ; le couple n’en est plus un et celui qui va le remplacer dans ces murs ne devrait pas tarder. Mais comment tout « régler », comment, simplement, passer les clefs, sortir de scène lorsque l’on traîne 24 ans de vie commune en cartons ? Quel sens a cette séparation ?

Alors en pantins télécommandés, trop habitués l’un à l’autre, les personnages ressassent invariablement les mêmes questions : «  Ca va ? » « je n’en sais rien », « il ne reste pas grand-chose »…. Cet éternel retour du langage est ponctué par un « je ne crois plus aux mots » : aussi épuisés que leurs auteurs, les mots ont perdu leur sens….

Si circulaire soit son texte, Lars Norén ne l’a pas titré d’un fantasque « Cantatrice chauve » ou d’un « En attendant Godot ». Les personnages de Pur sont en quête de sens et l’absurdité même de leur face à face a une histoire : les Autres morts ou vivants, et l’enfer dans lesquels ils les auraient jetés. Cet enfer est un désert, un appartement sans fioritures, une pièce conceptuelle trop « pure » pour être vraie… Elle ne deviendra convaincante, consistante qu’avec l’entrée en scène d’un élément bien sensible, la musique. Trop tard.

[La Boîte à sorties recommande en revanche vivement Acte, une autre pièce de Lars Norén, un huis-clos politique. Pour lire notre critique, cliquez ici]

Marie Barral

Pur, de et mis en scène par Lars Norén, Au théâtre de Vieux Colombier (Comédie Française) jusqu’au mai 2009, durée 1h30, 21 rue du Vieux Colombier, Paris 6e, Métro Sèvres Babylone. Mardi 19h, du mercredi au samedi 20h, dim 16H, plein tarif 28 euros, moins de 28 ans : 14 euros. Résa au 01 44 39 87 00, www.comedie-francaise.fr

The Pirate Bay : le navire sombre
Jennifer Aniston : Guerre pécuniaire !
marie

One thought on “Pur, trop pure (pièce) de Lars Norén”

Commentaire(s)

    Publier un commentaire

    Votre adresse email ne sera pas publiée.

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *