Théâtre
Philippe Minyana pose ses valises au CDN de Nancy, 21 rue des Sources

Philippe Minyana pose ses valises au CDN de Nancy, 21 rue des Sources

19 septembre 2019 | PAR Amelie Blaustein Niddam

L’immense auteur d’Inventaires est artiste associé à la Manufacture, CDN Nancy-Lorraine. Nous lui avons demandé de nous parler de sa dernière création, très personnelle, 21 rue des Sources qui se donnera du 2 au 11 octobre.

Vous êtes artiste associé au CDN de Nancy Lorraine, La Manufacture. Comment jouez-vous ce rôle ?

Étant associé au CDN de Nancy , j’ai proposé ce que j’appelle  » la valise de l’auteur « . Durant toute la saison, je vais lire pendant une heure, des extraits de livres d’auteurs que j’aime. La première de ces lectures aura lieu le samedi 21 septembre à 18 heures. Les auteurs lus sont ceux qui m’accompagnent, qui donnent envie d’écrire. Depuis l’enfance, grâce a ma mère, je suis un lecteur assidu et j’ai envie de faire entendre les voix d’auteurs, pour certains, un peu oubliés.

Vos textes tissent toujours des portraits intimes à la fois acides et mélancoliques. Comment écrivez-vous ? Autrement dit, quel a été votre point de départ pour penser cette création, 21 rue des Sources ?

J’écris pour des acteurs, la plupart du temps. Pour 21 rue des sources c’est le cas. Acteurs que je connais, qui ont déjà joués d’autres textes de moi. J’entends leur voix; ils me guident. La fiction est en partie dans la langue. La maison de l’enfance est le thème que j’explore depuis un certain temps. Je fais des variations autour de ce thème. C’est une matrice principale qui, pour l’instant paraît inépuisable.

D’ailleurs, cette adresse existe-t-elle ? Et, que ce passe t-il d’intéressant dans cette maison dont les murs ont des choses à dire ! 

21 rue des sources était mon adresse, lorsque j’habitais cette bourgade, près de Sochaux, en Franche-Comté. J’ai vécu là 30 années, jusqu’à ce que la maison soit vendue, après le décès de ma mère en 1980. C’est une maison construite en 1931 par mon grand-père maternel; une épicerie, une remise, des greniers, de vastes caves, un pré, un jardin, un poulailler, des cages à lapin, plus. Une cabine téléphonique ! C’est ce qui composait cette habitation, qui, quand je suis né, abritait quatre générations ! Et puis des mutations importantes ont transformé la maison et le paysage alentour. Le développement des usines Peugeot ont radicalement transformé ces paysages. Mes arrières grands-parents, mes grands-parents ont disparu. On a abattu des cloisons, on a cessé d’élever poules et lapins .. Et l’épicerie a fermé. Cette période correspond à ce qu’on appelle les 30 glorieuses … Cette épopée intime est devenue texte de théâtre. Et j’espère qu’elle livre une image universelle. Les petits commerces ont disparu, les champs ont été remplacés par des HLM ..etc .. C’est les petites histoires dans la grande histoire que je raconte !

Pour cette pièce, un pianiste est présent au plateau. Est-ce naturel pour vous de traiter la musique comme une actrice ?

Le pianiste, la musique, ouvrent une porte. Elle souligne l’épopée, elle contribue à éloigner le banal, les choses quotidiennes qui sont livrées … Elle crée l’opéra des petites choses de la vie ordinaires de gens ordinaires, en province, il y a longtemps.

 

Du 2 au 11 octobre à la Manufacture. Informations et réservations ici

Visuel : ©La Manufacture

[Video] Le Théâtre de l’ Athenée invite Benjamin Lazare
« Avoue que t’en meurs d’envie » de Kristen Roupenian : L’angoisse s’immisce
Amelie Blaustein Niddam
C'est après avoir étudié le management interculturel à Sciences-Po Aix-en-Provence, et obtenu le titre de Docteur en Histoire, qu'Amélie s'est engagée au service du spectacle vivant contemporain d'abord comme chargée de diffusion puis aujourd'hui comme journaliste ( carte de presse 116715) et rédactrice en chef adjointe auprès de Toute La Culture. Son terrain de jeu est centré sur le théâtre, la danse et la performance. [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *