Théâtre

Partage de Midi de Beaunesne: la sobriété au service de la densité

25 septembre 2009 | PAR Audrey Saoli

La célèbre pièce de Claudel, le  Partage de Midi, mise en scène par Baunesne, magnétise le théâtre Marigny. La pièce a déjà été jouée il y a deux ans à la Comédie Française. Devant le succès qu’elle avait remporté, le théâtre Marigny a décidé de la remettre à l’affiche.

Mise en page 1

Beaunesne a pris le parti de la simplicité, la scénographie n’est composée que de voiles de bateaux, de lampes funéraires ou encore de lits infidèles. Cette simplicité met en valeur le caractère mystique des pièces de Claudel.

Tout est affaire de désir dans le texte de Claudel. Et le point de convergence du désir des trois hommes est concentré sur une seule femme: Ysé. Ils veulent la posséder et il y parviendront chacun leur tour mais la dangereuse Ysé ne se livrera jamais plus de quelques années.partage-de-midi-2

De façon très différente ils toucheront à la réalisation de leurs désirs. Il y aura la possession du mari et père des enfants: Ciz, la possession de l’homme dangereux et malsain: Almaric et enfin la possession de la passion amoureuse: Mesa.

Sur scène donc, il y a quatre comédiens qui tentent de survivre à la folie du corps et du désir. La mise en scène de Beaunesne met en évidence toute la force de ce désir en ne rajoutant rien de superflu. L’essence de la pièce est là et rien ne nous déconcentre. La force des pulsions prend toute la place.

Ces quatre personnages semblent seul au monde. Claudel, dans son texte n’en rajoute pas, il n’y a pas de personnages secondaires dans cette pièce. Il n’y a que le combat que les hommes et la femmes vont mener contre eux même.

La pièce commence inondée de soleil sur un bateau qui mène vers l’Asie. Ysé est avec son mari Ciz et retrouve son ancien amant Almaric par hasard. Mais dans ce bateau, une présence la trouble plus encore que la rencontre de ces deux homme, c’est le mystérieux Mesa.

Mesa est l’homme solaire et sombre par excellence. Il est façonné par Claudel pour être à l’image de la passion : d’un extrême à l’autre. Il est le seul des trois qui va quasiment réussir a dompter la sauvage Ysé.

La mise en scène glaciale met l’accent sur la violence des mots. Beaunesne a choisit la version du texte de 1905, plus violente et sanglante.

En faisant le choix de la violence sans en rajouter, la mise en scène de Beaunesne est fidèle au texte de Claudel. Sobre élégante et percutante.

Les comédiens font toute la force de la pièce. Ce huit clos est fascinant, on sent que les acteurs se connaissent bien. L’écoute et la réaction des partenaires les uns envers les autres est délicate et agressive à la fois. Marina Hands est parfaite dans le rôle d’Ysé à la foi ange docile et démon farouche. Son regard noir est à la mesure de la densité de son personnage. Quant à Eric Ruf il est une fois de plus solaire. Son jeux douloureux et torturé colle parfaitement au personnage de Mesa.

Théâtre Marigny: avenue de Marigny, carré de Marigny 75008 Paris, M° Champs Élysée Clemanceau, jusqu’au 3 octobre, de 10  à 45 euros.

Le retour de tournez manège
Une soirée bien arrosée: Pool Party
Audrey Saoli

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *