Théâtre

On pardonne tout à l’impardonnable revue pathétique et dégradante de Monsieur Fau

01 juin 2010 | PAR Margot Boutges

L’impardonnable revue pathétique et dégradante de Monsieur Fau illumine le théâtre du Rond-Point du 28 mai au 27 juin. La mise en scène est signée Emmanuel Daumas et l’interprétation est portée par l’indomptable énergie de Michel Fau. Celui-ci se travestit à outrance et nous livre une prestation impressionnante, tantôt drôle, tantôt poignante et toujours en contact direct avec le public.

Quand le comédien attitré d’Olivier Py ne joue pas au théâtre, il rêve de music-hall, de robes à paillettes, de plumes de paons et de danseuses en petites tenues qui lèvent la jambe.  Il se souvient avec regret d’un monde d’ombres et de lumières où tout était exacerbé. Aussi a-t-il choisi de rendre hommage à l’univers de la revue disparue et d’interpréter les chansons de ses chanteuses préférées : Dalida, Jacqueline Maillan, Georgette Lemaire, Betty Mars… En passant par du Abba qu’il francise avec délice. Mais il ne calque rien, il fait son propre show et se réapproprie pleinement les chansons. En y ajoutant une nouvelle dimension : celle de l’homme qui se rêverait femme, à travers des costumes de pin-up ou de cantatrice. « Aujourd’hui tout est trop sérieux. Pour moi, l’art, c’est la déraison. » revendique-t-il.

Michel Fau nous livre ainsi une prestation très impressionnante. Il manie le grotesque sans se rendre ridicule, même lorsque il reproduit à l’identique les mouvements sexy de striptease de sa jeune partenaire au corps parfait. Le spectacle abrite de nombreux moments très drôles (son interprétation de Quelqu’un m’a dit de Carla Bruni) et d’autres plutôt poignants lorsque l’acteur, dépouillé de ses costumes de scène nous chante l’amour perdu. Et on apprécie beaucoup le tomber de rideau, pas parce qu’il clôture le show mais parce qu’il le prolonge. L’acteur, en plaisantant de la fatigue ressentie (on saluera la performance physique, les numéros de chant et de danse s’enchainant quasiment sans temps-morts, et dans des costumes différents) vient interpréter une dernière chanson retirée du programme car jugée trop politique : Je t’aime de Lara Fabian. On déplorera quand même les deux potiches dansantes (une féminine, une masculine) qui l’accompagnent  dans certains numéros et dont le (non)rôle de faire-valoir est un peu trop accentué.

On avouera qu’on a quand même eu du mal à rentrer dans le spectacle. On a ressenti un décalage assez désagréable avec une grande partie du public, qui riait souvent à gorge déployée quand on avait juste envie de sourire. Au point que cela couvrait parfois des morceaux du show. Quand le public prend plus de place que l’interprète, cela devient gênant.

Informations pratiques :

L’impardonnable revue pathétique et dégradante de Monsieur Fau, mise en scène par Emmanuel Daumas, avec Michel Fau au théâtre du Rond-Point, du 28 mai au 27 juin à 18h30, relâche les lundis.

2bis avenue Franklin D. Roosevelt 75008 Paris

Plein tarif : 28 euros ; groupes (8 personnes minimum) : 20 euros ; plus de 60 ans : 24 euros ; demandeurs d’emploi : 16 euros ; moins de 30 ans : 14 euros ; carte imaginaire : 10 euros

Réservez au 0144959821 ou en ligne ici

Louise Bourgeois ne sera pas centenaire
Luc Besson propose aux internautes de goûter aux joies de la production
Margot Boutges

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *