Théâtre

Noir et Humide, un théâtre de l’imaginaire qui chatouille l’enfance adulte.

Noir et Humide, un théâtre de l’imaginaire qui chatouille l’enfance adulte.

15 novembre 2011 | PAR Emma Letellier

Artistes associés au Théâtre Dunois, les membres de l’Amin Compagnie présentaient jusqu’au 13 novembre une superbe mise en scène de Noir et Humide, une pièce pour la jeunesse du dramaturge norvégien Jon Fosse. Christophe Laluque propose une véritable promenade en terrain sauvage, dans un théâtre qui se veut rare et poétique, à l’image de la biche surprise au petit matin dans des sous-bois dérobés – comme il aime à le présenter aux enfants avant le début du spectacle. Il faut être curieux et attentif, si l’on veut voir l’animal, si l’on veut être spectateur.

Irina Solano, Etienne Serck et Delphine Zucker, trio familial et magnifique, interprètent dans une prise de parole à la fois chorale et dialoguée le texte apparemment narratif de Jon Fosse. Sans toutefois l’incarner, les trois comédiens offrent une lecture sans texte, prise comme de l’extérieur, de l’histoire de la petite Lene. Curieuse de connaître la cave dont elle ne s’est encore jamais autorisée à descendre l’escalier, l’enfant profite d’un moment de solitude dans la maison pour subtiliser la lampe de poche jaune de son frère et s’aventurer sur le seuil défendu. Le théâtre prend ici la mesure de l’enfance : la plus insignifiante des distances, le plus banal des gestes devient un monde auquel on se risque avec précaution.

Engagés sur un sentier d’ombre s’éclairant à l’approche des corps, les comédiens dessinent un espace scénique en mouvement qui longe les bancs de spectateurs disposés en une sorte de labyrinthe. Dans les premiers moments du spectacle, Lene, les yeux bandés, joue à colin-maillard avec sa mère et son frère. Elle navigue dans ces couloirs éphémères traçant ainsi au milieu des regards attentifs et amusés, un terrain de jeu dont la magie est réveillée par la superbe bande son de Nicolas Guadagno. La scénographie et les lumières, fruits d’une collaboration de Christophe Laluque et de Franz Laimé, s’appuient sur l’imaginaire du spectateur pour construire le cadre de cette histoire qui se tisse derrière nos yeux, grâce à la parole. A chacun sa Lene, sa lampe de poche et sa cave. Le théâtre n’imite rien ici, il suggère pour une représentation qui nous est toute intérieure et singulière. Un voyage dans le territoire mystérieux de l’enfance et de ses désirs.

Les sorties ciné de la semaine du 16 novembre
CAN I KICK IT ? #2 au Nouveau Casino
Emma Letellier

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *