Théâtre
Monsieur Luxure revient au Petit Journal Montparnasse

Monsieur Luxure revient au Petit Journal Montparnasse

23 mars 2011 | PAR Claire Linda

Après avoir séduit le  théâtre de la Gaîté , Monsieur Luxure revient  au Petit Journal.  Dans une mise en scène de Jean-Luc Moreau, sur une idée originale du compositeur et auteur Laurent Couson, une troupe de musiciens, chanteurs, comédiens tous plus doués les uns que les autres, nous emmènent  faire un voyage au rythme de mélodies luxuriantes.

Thème central de cette comédie musicale qui oscille entre le cabaret et le tour de chant, la Luxure donc. Ce monsieur à la sexualité triomphante est un Don Juan moderne, égoïste et misogyne.

Un être mystérieux, vivant ses tortures de nuit, qui ne parvient pas à rester au lit alors « qu’il y a des centaines de femmes à l’extérieur» , être cynique qui aime faire l’amour « à une conne ». Un homme qui ne sait plus faire simple, vivant la recherche permanente de sensations fortes.

Un angoissé ce monsieur ? Peut-être c’est ce qui le pousse à tuer le temps au sens propre comme au figuré.

Les qualités de musicien et d’interprète du jeune Laurent Couson impressionnent. Au piano comme à la trompette, l’homme est habité par le jazz et le cabaret.

Femme aux mille et un visages, la sublime Romy Sublet, en déshabillé Fifi Chachnil et guitare électrique en impose, et campe de son sourire enjôleur et de sa voix de femme fatale toutes les femmes de Monsieur Luxure.

Les métaphores s’enchaînent comme les morceaux et les styles musicaux pour conter une histoire d’amour, et d’une rédemption réussie, à la fois drôle et touchante. Finalement, la vraie luxure ne serait-elle pas le partage ?

On note, en plus de la qualité d’interprétation la poésie des textes écrit par Laurent Couson en collaboration avec Jacky Ido et Yaël Hisrch.

Un joli moment musical, ambitieux, et original  en partenariat avec le site toutelaculture.com.

 

Les soirées Paris jeunes talents
Catalogue de l’exposition « De Van Eyck à Dürer : les Primitifs flamands et l’Europe centrale (1430-1530) » : une extraordinaire pièce éditoriale
Claire Linda

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *