Théâtre
Le Petit Poucet version Castellucci au Théâtre de la Ville,tremblez jeunes gens !

Le Petit Poucet version Castellucci au Théâtre de la Ville,tremblez jeunes gens !

23 octobre 2012 | PAR Amelie Blaustein Niddam

Il était une fois une compagnie de théâtre italienne qui allait devenir très célèbre. Il y a 18 ans, la societas Raffaello Sanzio Créé « Buchettino » une pièce où tout est sensation. Mise en scène par Chiara Guidi,  adaptation du texte par Claudia Castelucci, mise  espace sonore … Roméo Castellucci …

Les gradins resteront vides. Le public est invité à entrer dans une maison pas vraiment accueillante posée au milieu de la scène. Le sol est en gravier, les lits gigognes et précaires envahissent en rangs serrés le petit espace. Chiara Guidi nous place dans une pièce sans âge qui peut se charger de tous les fantasmes : camps de concentration, forêt sombre. Chacun projettera ce qu’il souhaitera.

On a déjà peur. Une dame habillée en paysanne nous invite à nous allonger et à fermer les yeux. On s’exécute. Elle commence à lire à la lueur d’une ampoule, le conte de Charles Perrault, Le Petit Poucet ».

Rappel des faits ?  Un couple de bûcherons a 7 garçons, dont un mal aimé car chétif, le Petit Poucet. Pour résoudre leurs problèmes d’argent,  il décide d’abandonner leurs fils. Le Petit Poucet protège ses frères en traçant la route à l’aide de petits cailloux. Alors que les 7 reviennent à la maison, après quelques jours de paix, les parents les abandonnent à nouveau. Cette fois, pas de petits cailloux, et un ogre mangeur d’enfant à l’horizon…

Cette histoire on nous l’a racontée enfant et adulte, nous la transmettons. Roméo Castellucci, magicien du son a ici mis en place une partition qui nous immerge dans la forêt, enfants perdus puis couchés dans la menaçante  maison de l’ogre. On y est, on est terrifié. On entend marcher, on entend bruisser. Les cailloux sont posés. Y a-t-il des comédiens qui marchent sur nos têtes où alors tout cela n’est qu’illusion ? Mystère…

L’expérience peut rappeler celle du Vrai Spectacle de Joris Lacoste où nous entrions en hypnose. Ici, le spectacle se sert du lâcher- prise nécessaire du spectateur. La langue nous parle de monnaie ancienne, de bûcherons…mais l’émotion n’est pas dans le passé, elle est bien présente. Les peurs de l’enfance surgissent en quelques minutes. La compagnie a choisi un conte exécutoire iconique : des parents qui abandonnent leurs enfants, des enfants ultra malins qui arrivent à être l’objet de désir de leurs géniteurs. Les enfants reçoivent l’histoire comme il se doit. Ils sont rassurés d’entendre que leurs aspirations les plus viles (tuer pour survivre) et leurs craintes les plus intenses (être abandonnés par leurs parents) sont partagées par l’auteur d’un conte. Pour les adultes, l’affaire est plus angoissante puisqu’elle révèle de la violence pure parfois non condamnée : le geste des parents ne soulève pas l’ire de leur progéniture à leur retour. Parents odieux, mais parents quand même. Les enfants acceptent de réintégrer ce foyer. Avec le temps, les adultes que nous sommes devenus ont refoulé cette histoire digne d’un film d’horreur. En l’exsudant dans cette mise en scène totalement immersive, Chiara Guidi et Roméo Castelluci nous ramènent à nos jours d’enfance où la réalité se nourrissait d’une fiction très présente.  Une histoire pour de faux, mais une peur pour de vrai…Le sommeil nous attrape, la fonction du conte opère, la frayeur laisse place à l’apaisement.

L’expérience est étrange, le réveil l’est encore plus, comme un jeu de rôle dans le passé. A vivre.

Visuel (c)

 

 

Le festival Jean Rouch aura lieu du 10 au 28 novembre
Au ventre du monde de Gilles Barraqué
Amelie Blaustein Niddam
C'est après avoir étudié le management interculturel à Sciences-Po Aix-en-Provence, et obtenu le titre de Docteur en Histoire, qu'Amélie s'est engagée au service du spectacle vivant contemporain d'abord comme chargée de diffusion puis aujourd'hui comme journaliste ( carte de presse 116715) et rédactrice en chef adjointe auprès de Toute La Culture. Son terrain de jeu est centré sur le théâtre, la danse et la performance. [email protected]

One thought on “Le Petit Poucet version Castellucci au Théâtre de la Ville,tremblez jeunes gens !”

Commentaire(s)

    Publier un commentaire

    Votre adresse email ne sera pas publiée.

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *