Théâtre

La Tragédie du Vengeur : peinture en clair obscur de la bassesse humaine

La Tragédie du Vengeur : peinture en clair obscur de la bassesse humaine

14 février 2012 | PAR Audrey Chaix

Vengeance… la compagnie For Happy People & Co, menée par Jean-François Auguste, s’empare de ce thème récurrent du théâtre élisabéthain – et dont le Hamlet de Shakespeare est l’ambassadeur le plus connu – pour présenter une mise en scène délicieusement cruelle de La Tragédie du Vengeur, attribuée d’abord à Cyril Tourneur, puis à Thomas Middleton. Qu’importe cependant la paternité de cette pièce, contemporaine de Shakespeare et de Christopher Marlowe : la compagnie For Happy People & Co se l’approprie avec un tel bonheur qu’elle fait sienne ce conte de méchanceté et d’incorrection.

Comme au temps d’Elizabeth I, les personnages sont tous joués par des hommes, le visage recouvert de maquillage blanc. L’ensemble de la mise en scène est d’ailleurs fondé sur le contraste entre noir et blanc, ce qui renforce le côté sombre et cynique de la pièce, alors que les comédiens évoluent tout aussi bien dans l’obscurité que dans la lumière. Cette dernière est par ailleurs utilisée avec pertinence et justesse alors qu’elle délimite les différents espace scéniques, mais sait aussi disparaître pour mettre en valeur les bas-fonds où se trament conspirations et assassinats.

Si cette pièce traite principalement des tréfonds de l’âme humaine, prête à tout pour obtenir gloire et pouvoir, elle est aussi la sombre comédie des mœurs de nobles débauchés, artisans de viols et de meurtres, prêts à tout pour assouvir leurs pulsions les plus bestiales. Cette production trouve ainsi un équilibre entre rire jaune et gravité, sans pour autant jamais se prendre au sérieux, et toujours avec une lecture intelligente de la pièce.

Jean-François Auguste s’inspire donc de la tradition, à notre plus grand bonheur, mais il ne s’y cantonne pas, et insuffle à la pièce une coloration moderne qui contribue à lui donner rythme et énergie. Les costumes des comédiens ont certes des coupes et des accessoires élisabéthain, ils ont également un aspect grunge, gothique ou rock qui convient à merveille à ces personnages rebelles ou insolents. Les vers de Middleton sont dits avec colère ou nonchalance, mais sans retenue, sans l’apprêt que l’on confère parfois à une langue d’une autre époque.

 

Pendant les deux heures que dure la représentation, on passe du rire au frisson sans jamais trouver le temps long. Un tour de force louable et salutaire au théâtre, dont on ne saurait se lasser !

 

© M. Echter

Avec les éditions Les Cygnes : Gagnez 2 ouvrages d’Aziz Chouaki, Zoltan
Avec les éditions Les Cygnes : Gagnez 3 ouvrages de Rayhana : À mon âge, je me cache encore pour fumer
Audrey Chaix
Professionnelle de la communication, Audrey a fait des études d'anglais et de communication à la Sorbonne et au CELSA avant de partir vivre à Lille. Passionnée par le spectacle vivant, en particulier le théâtre, mais aussi la danse ou l'opéra, elle écume les salles de spectacle de part et d'autre de la frontière franco-belgo-britannique. @audreyvchaixphoto : maxime dufour photographies.

One thought on “La Tragédie du Vengeur : peinture en clair obscur de la bassesse humaine”

Commentaire(s)

    Publier un commentaire

    Votre adresse email ne sera pas publiée.

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *