Actu
La consultation poétique du théâtre de la ville amène le bonheur dans vos oreilles

La consultation poétique du théâtre de la ville amène le bonheur dans vos oreilles

01 avril 2020 | PAR Amelie Blaustein Niddam

Elles existent dans la vie normale, cette idée est née à Reims, quand Emmanuel Dermacy Mota dirigeait La Comédie. Il s’agit de consultations presque comme chez le médecin où la réponse aux symptômes est poétique. Depuis elles existent régulièrement au Théâtre de La Ville, et voilà qu’elles s’adaptent au confinement. On a testé.

A l’heure dite, puisque comme au vrai spectacle il y a un horaire à respecter, le téléphone sonne. Vous ne savez pas qui vous appelle. Il peut s’agir de l’un des comédiens du Théâtre de la Ville :  Charles-Roger Bour, Céline Carrère, Jauris Casanova, Valérie Dashwood, Philippe Demarle, Sandra Faure, Gaëlle Guillou, Stéphane Krähenbühl, Sarah Karbasnikoff, Gérald Maillet, Pascal Vuillemot, rejoints par Hugo Jasienski, Sara Belviso, Sophy-Clair David, Paul Nouhailler, Isabelle Jeanbrau, Antonin Chalon, Mathias Zakhar, Anne Duverneuil, Julie Bordas, Maxime Bouteraon et Marie Escriva. 

Vous savez si la voix est masculine et féminine, et cela s’arrête là.  Tout commence comme chez le médecin, ou plutôt chez le psy : « comment ça va ? » De la réponse vient le poème, ou les poèmes. Ils font partie d’un corpus toujours en mouvement, que la troupe surnomme « le vidal ».  Selon votre humeur, l’interlocuteur pioche le texte, les mots qui vont vous toucher. 

Au moment où le comédien nous cueille, nous sommes dans un moment sombre, en plein deuil pour ne rien vous cacher. Alors, nous parlons, un peu longuement de cette perte, de ce  drame qui intervient alors que nous sommes enfermés. Du travail immense  mais nécessaire que signifie matérialiser sa perte sans les objets  transitionnels que sont les cérémonies religieuses et l’enterrement. 

Alors, l’acteur choisit deux poèmes, l’un de Jim Morrisson, qui nous ouvre les portes du ciel :

Je peux interrompre…
Je peux interrompre la course de la Terre.
J’ai fait partir les voitures bleues.

Je peux me rendre invisible ou minuscule.
Je peux devenir gigantesque et atteindre les choses les plus lointaines.
Je peux changer le cours de la nature.
Je peux me situer n’importe où dans l’espace ou le temps.
Je peux appeler les morts.
Je peux percevoir ce qui se passe sur d’autres mondes,
au plus profond de mon esprit et dans l’esprit des autres.

Je peux

Je suis.

 

Et un second, comme un câlin, un geste lumineux, un cadeau, un petit bonheur léger, qui nous ramène doucement et calmement sur terre.  La lune et la nuit de Jacques Prevet :

Cette nuit-là je regardais la lune

Oui j’étais à ma fenêtre

et je la regardais

et puis j’ai quitté ma fenêtre

je me suis déshabillée

je me suis couchée

et puis alors la chambre est devenue très claire

la lune était entrée

Oui j’avais laissé la fenêtre ouverte

et la lune était entrée

Elle était là cette nuit-là dans ma chambre

et elle brillait

J’aurais pu lui parler

J’aurais pu la toucher

Mais je n’ai rien fait

je l’ai seulement regardée

elle paraissait calme et heureuse

j’avais envie de la caresser

mais je ne savais pas comment m’y prendre

Et je restais là… sans bouger

Elle me regardait

elle brillait

elle souriait…

Alors je me suis endormie

et quand je me suis réveillée c’était déjà le lendemain matin et… il y avait seulement le soleil au-dessus des maisons.

Et vous savez quoi ? Ça allait mieux en raccrochant. Et vous savez quoi ? Même si vous allez bien, cela sera agréable !

Alors, faites-le ! Pour réserver, contactez le Théâtre de la Ville en complétant ce formulaire. Chaque jour du lundi au samedi de 10h30 à 11h30 ou de 17h à 18h

 

Visuel : Théâtre de la ville

La Plateforme de streaming de Toute La Culture est en ligne
En quarantaine sensuelle avec Le verrou : « Confessions d’un pornographe romantique », de Maxim Jakubowski
Amelie Blaustein Niddam
C'est après avoir étudié le management interculturel à Sciences-Po Aix-en-Provence, et obtenu le titre de Docteur en Histoire, qu'Amélie s'est engagée au service du spectacle vivant contemporain d'abord comme chargée de diffusion puis aujourd'hui comme journaliste ( carte de presse 116715) et rédactrice en chef adjointe auprès de Toute La Culture. Son terrain de jeu est centré sur le théâtre, la danse et la performance. [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *