Théâtre

Glamour et déchéance à Hollywood

21 septembre 2009 | PAR Amelie Blaustein Niddam

Didier Long, dans une nouvelle adaptation de la pièce de Jean Marboeuf « Qu’est-il arrivé à Bette Davis et Joan Crawford », met en scène leur lutte pour revenir au sommet, coûte que coûte, au Vingtième théâtre, jusqu’au 25 octobre

La pièce nous plonge dans les coulisses du légendaire film d’Aldrich, Qu’est –il arrivé à Baby Jane ?,qui voit Joan Crawford, alors oubliée des écrans, confrontée, pour la première fois à son ancienne rivale de la Warner, Bette Davis qui tourne moins, mais toujours. C’est à partir d’anecdotes réelles que Jean Marboeuf a imaginé une correspondance imaginaire, entre les deux stars.

Séverine Vincent et Julie Marboeuf s’affrontent par lettres interposées pendant qu’un régisseur-chanteur (David Macquart ) joue au ping-pong entre leurs caprices et leurs coups bas, en nous faisant comprendre dès son arrivée sur le plateau que la film ne se joue qu’en coulisse.

En mettant côte à côte deux seules en scène liées par la figure du régisseur, le spectateur se retrouve plongé dans la détresse que témoigne leur haine, chacune envers l’autre mais aussi leur lien, celui d’appartenir à Hollywood . Ces deux seules en scène côte à côte, face public, l’une coté cour, l’autre coté jardin prennent un seul visage, celui d’un match dont elles sont deux rivales combattantes, le trophée prend ici la forme de l’oscar de LA meilleure actrice. Pas de place pour le pluriel.

Elles se détestent car elles sont miroir de leurs gloires disparues. Chacune voit dans Baby Jane l’espoir de réparer la douleur d’avoir perdu la jeunesse et les cimes d’Hollywood.

La perte est lourde et la vision de leur chute fait mal. Le régisseur devenu un récitant nous lit une petite annonce que fait publier Bette Davis en 1962 :

« Mère de trois enfants âgés de 10, 11 et 15 ans, divorcée, de nationalité américaine, 30 ans d’expérience dans le domaine cinématographique, encore alerte et plus aimable que ne le prétend la rumeur publique, cherche emploi stable à Hollywood. Connaît Broadway. Bette Davis. Références à l’appui. »

Pour brouiller les pistes de la scène et de la ville, Didier Long nous emmène tantôt dans leurs appartements, tantôt sur un plateau de tournage. Il écorche les paillettes, nous faisant glisser du théâtre au cinéma, du cinéma à la vie pour d’abord trouver drôle les deux étoiles déchues, puis risibles, pour finir par souffrir avec elles sur la vacuité de la vie et leurs jeunesses à jamais perdues.

D’un film de légende Didier Long fait une pièce d’exception en revisitant le thème de la rivalité, cher à Hollywood.


Qu’est-il arrivé à Bette Davis et Joan Crawford, jusqu’au 25 octobre, mer-sam, 19h30, dim 15h, Vingtième Théâtre, 7 rue des Plâtrières, Paris  20 e, m° Gambetta ou Ménilmontant,  location : 01.43.66.01.13

Dom Juan ou l’alibi du désir
Des cendres, du sang et Fanny Ardant…
Amelie Blaustein Niddam
C'est après avoir étudié le management interculturel à Sciences-Po Aix-en-Provence, et obtenu le titre de Docteur en Histoire, qu'Amélie s'est engagée au service du spectacle vivant contemporain d'abord comme chargée de diffusion puis aujourd'hui comme journaliste ( carte de presse 116715) et rédactrice en chef adjointe auprès de Toute La Culture. Son terrain de jeu est centré sur le théâtre, la danse et la performance. [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *