Théâtre
Festival Cirque en Capitales : Circus Trip

Festival Cirque en Capitales : Circus Trip

31 janvier 2013 | PAR La Rédaction

Le week-end d’ouverture de Marseille Capitale Européenne de la Culture est passé. Un week-end qui fut critiqué par les médias nationaux, et presque encensé par les médias locaux. Ce décalage de point de vue exprimerait-il cette rivalité entre Paris et la cité phocéenne qui se joue depuis tellement de temps ?

Toujours est-il que les marseillais étaient au rendez-vous pour ce lancement, dans une bonhomie et une détente qui ne sont pas si habituelles pour des rassemblements regroupant autant de monde dans cette ville.

L’année culturelle est donc maintenant lancée. La ville entame la programmation officielle avec une frénésie de propositions. Ainsi le premier volet de l’année est consacré au Cirque. Intitulé Cirque en Capitales, ce festival créé pour l’occasion, présente plus de cinquante spectacles pendant un mois sur tout le territoire de la Capitale Européenne de la Culture.

Circus trip, co-produit par le Théâtre du Merlan et Marseille Provence 2013, fait partie de cette programmation.

Le théâtre du Merlan, scène nationale située dans les quartiers nord de Marseille, propose une petite semaine de cirque, avec quatre compagnies et différents lieux de présentation.
En ouverture trois soirées au théâtre avec le circassien Camille Boitel et sa compagnie l’Immédiat pour se poursuivre hors les murs dans des lieux plus insolites : le campus de l’université, un temple protestant, une banque.
La salle était complète pour la deuxième représentation de « l’Immédiat ». Un spectacle créé en 2009 au théâtre du Merlan et qui, de manière logique, revient à la source, au lieu originel de sa création.
« L’immédiat » présente un cirque moderne, décomplexé, parfois même totalement déjanté. Mêlant l’acrobatie au clown, l’élasticité et la légèreté des corps et des mouvements avec la pesanteur que peuvent avoir les objets et meubles dans notre quotidien. Des scènes très drôles, parfois absurdes, comme le circassien qui dévale les escaliers de la salle en ski, ou l’acrobate qui se met à ramper pour aller chercher de l’eau posée sur une table à cinq mètres de lui, ou celui qui rentre dans un placard par le tiroir du bas. Tout cela mêlé à une pincée de comique de répétition qui fonctionne plutôt bien. Par exemple, un personnage récurant du spectacle, vit dans son placard, échevelé et en robe rouge, il y fait même la fête avec des cotillons et une mini boule à facettes, mais dès qu’il en sort, il est perdu, veut y rentrer mais ne sait pas laquelle des deux portes choisir. Rien n’est statique dans cette pièce, tout est assez rythmé, rapide, mouvant, l’univers scénique se déconstruit et se reconstruit au fur et mesure des scènes.
Camille Boitel a créé avec cette pièce une allégorie à l’immédiateté de nos vies, de notre quotidien, de notre société. C’est une belle transcription de la fragilité et la fugacité des instants que nous vivons chacun sans jamais savoir ce qui va arriver.

Agathe B

Visuel : (c) Vincent Beaume

[Critique] « La tête en l’air », un film d’animation vivifiant et rayonnant du 3ème âge
La robe rouge de Nonna de Michel Piquemal et Justine Brax
La Rédaction

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture